Catégories
Europe Asie Destination

La Turquie se masque après en avoir exporté des millions …

La Turquie reste un pays ouvert au tourisme. Cependant, désormais, il faut se masquer. Le taux d’infections est relativement bas selon les informations officielles. Il y a quelques jours encore, la Turquie exportait ses masques et le faisait savoir. Tout comme ses revendications en mer méditerranée.

La Turquie a exporté des milliards de masques

La Turquie aurait exporté pour environ 100 millions d’euros de masques médicaux jetables au cours du premier semestre de l’année. Les exportations ont été envoyées vers 108 destinations dans le monde, selon un rapport de l’Agence officielle Anadolu.

Forklift unloading a container box

L’Allemagne première cliente

L’Allemagne s’est classée première avec près de 13 millions d’euros d’exportations de masques jetables vers le pays au cours de la période de janvier à juin. La Chine, la France, la Roumanie et le Koweït ont suivi. Selon l’agence officielle, la Turquie aurait même envoyé des masques vers Hong Kong … un peu surprenant ! Parallèlement, au cours du premier semestre, 3,4 millions de masques jetables ont été importés en Turquie …

Désormais, la Turquie impose le masque

Le ministère turc de l’Intérieur a envoyé aux 81 provinces turques du pays, un communiqué : « Les citoyens sont obligés de porter des masques sans exception (espaces publics, avenues, rues, parcs, jardins, aires de pique-nique, plages, véhicules de transport en commun, lieux de travail, usines, etc.) à travers le pays (à l’exclusion des résidences) ». La circulaire interdisait également aux restaurants, cafés …  de diffuser de la musique en direct ou enregistrée après minuit. Triste …

Les résultats officiels des infections Covid19

Au 9 Septembre, la Turquie a enregistré un total de 6 782 décès dus au COVID-19, tandis que plus de 252 000 personnes se sont remises de la maladie. Il y a eu près de 283 270 cas confirmés dans le pays. La population en Turquie est de 84,5 millions.

Les allemands classent la Turquie comme zone à risques

L’Institut Robert Koch classe la Turquie comme une zone à risque dans son ensemble. Le ministère fédéral des Affaires étrangères met en garde contre les voyages touristiques dans le pays, à l’exception des provinces touristiques importantes d’Aydin, Izmir et Muğla dans la mer Égée et la province d’Antalya. Après que les autorités aient émis un avertissement de voyage vers l’Espagne et certaines parties de la Croatie, les destinations méditerranéennes turques ont pu bénéficier d’une demande dynamique, y compris de l’Allemagne.

Un conflit larvé en mer Méditerranée

« Par deux fois, à la mi-juillet et au mois d’août, Ankara a envoyé le navire Oruç Reis en Méditerranée orientale dans le but d’explorer les fonds marins pour une recherche de gisements gaziers. Mais ce navire n’est pas parti seul, il a été escorté par des bâtiments de guerre que les insulaires ont vus croiser au large des iles grecques. Les ambitions gazières d’Ankara sont la suite du désir du président turc d’annexer des îles grecques. Le risque de guerre est aujourd’hui une réalité entre la Turquie et la Grèce ». L’Europe est bien sûr concernée et devra apporter son soutien aux grecs.

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.