Catégories
Événement

Azerbaïdjan et l’Arménie : encore un conflit en cours attisé par des puissances étrangères

Il s’agit d’un conflit qui s’éternise sur la région du Haut-Karabakh, une région montagneuse d’environ 4400 km2. Des combats féroces font rage à la suite de la recrudescence d’un conflit, vieux de plusieurs décennies, dans la région du Caucase, dans le sud-est de l’Europe. L’Arménie et l’Azerbaïdjan revendiquent cette région.

Un conflit né de la perestroïka !

« L’Azerbaïdjan et l’Arménie rejoignent l’URSS au début des années 1920. Staline décide alors du rattachement du Haut-Karabakh, peuplé en majorité d’Arméniens chrétiens, à l’Azerbaïdjan, à majorité musulmane. Suite à ouverture entamée par Mikhaïl Gorbatchev en 1985, qui offre plus d’autonomie aux républiques soviétiques, les dirigeants du Karabakh votent, en 1988, l’unification de la région avec l’Arménie. Ils dénoncent notamment la tentative de la part des autorités d’Azerbaïdjan d’accroitre leur influence au Haut-Karabakh. Pendant des mois, les escarmouches se multiplient, forçant la majorité des Arméniens d’Azerbaïdjan à se réfugier en Arménie et la majorité des Azéris d’Arménie à en faire de même en Azerbaïdjan. A la fin de l’été 1991, la désintégration de l’Union des républiques socialistes soviétiques devient une réalité, et l’Azerbaïdjan déclare son indépendance, le 30 août 1991. Le 2 septembre 1991, la majorité arménienne vote sa séparation de l’Azerbaïdjan et proclame la république du Haut-Karabakh. Indépendance qui n’est reconnue par aucun Etat membre de l’ONU. »

Des affrontements continus

Comme lors des flambées de violence de ces dernières années (2008, 2010, 2012, 2014, 2016 et 2018), ni l’Arménie ni l’Azerbaïdjan, qui se disputent ce territoire montagneux enclavé dans la République d’Azerbaïdjan, n’ont donné de détails sur les affrontements. Pour rappel, la région séparatiste du Haut-Karabakh est peuplée de 150 000 habitants, majoritairement arméniens.

Des puissances étrangères derrière ce conflit

La Turquie a déclaré son soutien à l’Azerbaïdjan, tandis que la Russie – qui possède des bases militaires en Arménie mais est également amie avec l’Azerbaïdjan – a appelé à un cessez-le-feu immédiat. L’Arménie a accusé la Turquie de fournir un soutien militaire direct pour aider l’Azerbaïdjan à prendre le contrôle du territoire – une revendication rejetée par l’Azerbaïdjan.

Des gazoducs qui poussent les puissances étrangères au conflit

Les grandes puissances inquiètent

« Ces affrontements font craindre une déstabilisation de cette région du sud du Caucase, zone traversée par des oléoducs, essentiels à l’approvisionnement des marchés mondiaux du pétrole et du gaz ». Des pays comme la France, souhaitent une stabilité dans la région…

fb-share-icon Tweet

Une réponse sur « Azerbaïdjan et l’Arménie : encore un conflit en cours attisé par des puissances étrangères »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.