Catégories
Asie Destination

Sri Lanka : vacances en liberté surveillée

Comme de nombreux pays, le Sri Lanka avait fermé ses portes au tourisme pendant la pandémie. Selon les chiffres communiqués, le nombre d’infections aurait été faible (à ce jour 32 800 cas pour 152 personnes décédées pour une population de 21,8 millions d’habitants). Le gouvernement souhaiterait rouvrir le pays en Janvier prochain, selon le journal local « Sunday Times ».

Des séjours dans des zones bien définies

Le gouvernement envisage d’ouvrir les frontières du pays aux touristes dans le courant de la deuxième semaine de Janvier, mais les limitera aux zones côtières du sud (Batticaloa), de l’est et du nord-ouest du pays (Trincomalee). Les touristes devraient arriver par l’aéroport de Mattala Rajapaksa (dans le sud du pays) et séjourneront dans l’un des 58 hôtels désignés, a déclaré un haut responsable du ministère du Tourisme.

Un confinement pendant une semaine

Les étrangers seraient autorisés à aller à la plage pendant la première semaine. Il sera impossible de sortir du périmètre. Il est indiqué que l’armée serait déployée pour empêcher l’entrée des habitants dans ces zones touristiques. Des directives strictes seraient également appliquées au personnel de l’hôtel qui ne pourra pas quitter l’hôtel.

Des test PCR …

Les touristes en visite devront arriver avec un rapport de test PCR négatif obtenu sept heures avant l’embarquement. Une gageure ! Selon un responsable : « Ils pourront aller directement l’hôtel désigné au lieu d’attendre à l’aéroport pour un deuxième test PCR. À l’hôtel, un hôpital privé sélectionné effectuera un deuxième test PCR pour les visiteurs ». Après sept jours, les touristes seront autorisés à se déplacer, mais cela aussi dans des groupes spécifiés vers des lieux sélectionnés. Une demande de visa sera exigée (environ 100$).

Des précisions sont tout de même attendues

Le ministère de la Santé a été chargé de rédiger les directives sanitaires requises. Les détails de la réouverture du pays au secteur du tourisme sont en discussion lors d’une réunion présidée par Basil Rajapaksa (la famille du Président et du Premier Ministre …) qui a été nommé à la présidence du groupe de travail présidentiel chargé de la relance économique et de l’éradication de la pauvreté.

Les professionnels du tourisme insistent

Ces mesures font suite à un lobbying intense du secteur du tourisme en raison des lourdes pertes subies au fil des ans, en particulier cette année frappée par COVID-19. Une perte de revenus estimée à 2,7 milliards de dollars est à craindre pour 2020.

La Chine appuie la famille Rajapaksa … à nouveau au pouvoir

Les relations avec la Chine ont connu un grand renforcement sous les deux mandats de Mahinda Rajapaksa, et pourraient s’approfondir de nouveau dans les années à venir. La Chine a aidé la famille Rajapaksa à échapper aux enquêtes internationales sur les crimes de guerre commis en 2009, et détient environ un quart de la dette publique. En 2020, le déficit se creusera de nouveau : la reprise des revenus touristiques ne suffira pas à compenser une hausse des importations dues à la croissance et à l’allègement des restrictions aux importations.

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.