22 juillet, 2024
spot_img

Le livre de la semaine : Les privilèges

 Un mariage ! Ce sont les deux premiers mots du roman de Jonathan DEE. Placer en incipit d’un roman une cérémonie est une facilité qui permet aux auteurs de brosser, à l’entame de leur récit, la galerie des personnages qui vont s’entrecroiser au fil de l’histoire. Normal, Jonathan DEE, diplômé de Yale, enseigne l’écriture créative à l’université de Columbia.

Ici le mariage dont il est question c’est celui de Cynthia et d’Adam. Adam fait carrière dans la finance, Cynthia décore la maison. Le lecteur va assister à l’ascension irrésistible du jeune couple. Ils sont les plus jeunes, les plus beaux, les plus prometteurs. « Cynthia et Adam ont une foi vibrante dans leur avenir ». Au retour d’un week-end passé dans la propriété du patron d’Adam, Cynthia explique à ses enfants « bientôt nous aurons tout ça ». Avec l’argent qui coule à flot, le couple se déshumanise. Ne cherchez pas une grille de lecture morale dans ce superbe roman, Prix Fitzgerald 2011, il n’y en a pas. La Finance domine le monde et les lois, même celles de la COB. Tout leur sourit, rien ne les touche. Cynthia et Adam s’aiment d’un amour exclusif et ne connaissent aucun désir en dehors de leur couple, ils n’ont qu’une seule obsession la course à l’agent qui offre les privilèges. Ils ont conscience de leur supériorité, bientôt ils auront tout sans avoir le temps de le désirer.

Jonathan Dee nous ouvre les portes de l’univers des ultra-riches, ce nouveau rêve américain. On étouffe, on attend le moment où la machine va se gripper, mais non rien ne peut atteindre cette nouvelle caste. La mondialisation, la bulle numérique ont généré ces ultra-riches qui accaparent tout. Rien ne ruisselle. Sexe, alcools, drogues détruisent leurs enfants, c’est le prix à payer.

Que faire de tout ce fric ?  Créer des fondations ! pour distribuer quelques miettes d’un gâteau que des générations et des générations d’héritiers ne parviendront jamais à entamer.

Jonathan DEE

Jonathan DEE délivre avec Les Privilèges (The Privilèges) plus qu’un roman, une méditation raffinée sur ces Privilégiés, ces nouveaux Rois du Monde. L’auteur dresse un tableau minutieux d’une nouvelle Amérique, où l’argent et l’apparence sont tout. L’Amérique des libertaires qui détruisent l’état, la société, les lois, refusent la solidarité, préférant faire la charité. Des ambitieux promis au bûcher des vanités mais qui ont vu l’un des leurs, il y a quatre ans, gagner la Présidence des Etats Unis.

Privilégié : celui qui bénéficie d’avantages en dehors de la loi commune.

Un très grand roman finaliste du Prix Pulitzer de la fiction.

Les Privilèges – Jonathan DEE éditions poche 10/18 – 355 pages

La sélection de Jean-François Colonna

r

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour