25 mai, 2024
spot_img

Thaïlande: la pollution et le smog font des ravages dans la population

Mal de gorge et difficultés respiratoires : La pollution atmosphérique extrême menace la santé des habitants du nord de la Thaïlande. Le smog est causé par le défrichement sur brûlis – les régions touristiques sont également touchées. Bangkok, la capitale, n’échappe pas à ce problème.

Le nord de la Thaïlande subit un smog toxique

Pendant des jours, de grandes parties de la région ont été sous une couche si épaisse de smog toxique que de nombreux habitants sont déjà aux prises avec des problèmes de santé. 

Les provinces de Chiang Rai et Chiang Mai, très prisées des touristes, ont été particulièrement touchées. Au cours de la semaine du 19 au 26 mars, plus de 3 400 personnes se sont rendues dans les hôpitaux de Chiang Rai pour être soignées pour des difficultés respiratoires et des maux de gorge, a rapporté mardi la chaîne thaïlandaise PBS World.

Les habitants réclament des mesures qui arrivent toujours trop tard

“Le village de Mae Sai est enveloppé d’une brume si épaisse que les bâtiments ne peuvent être vus que de près”. La société civile et des groupes d’entreprises ont appelé le gouverneur provincial, Puttipong Sirimat, à déclarer la communauté zone sinistrée. Cependant, il a d’abord rejeté le mouvement.

Les agriculteurs brûlent les champs y compris dans les zones frontalières

La raison de l’extrême pollution de l’air est l’agriculture sur brûlis en Thaïlande, mais aussi dans les pays voisins comme le Myanmar , le Cambodge et le Laos . A la fin de la saison sèche, les agriculteurs brûlent leurs champs pour les débarrasser des sous-bois et des mauvaises herbes. Entre janvier et mars, il y a donc souvent des niveaux élevés de particules fines. Chiang Rai est située sur le Triangle d’Or dans la zone frontalière avec le Laos et le Myanmar.

De plus, il n’y a actuellement pas de vent dans le nord de la Thaïlande, donc le smog ne peut pas se dissiper, a cité le directeur général de l’Office de contrôle de la pollution, Pinsak Suraswadi, dans le journal Bangkok Post, La situation ne devrait pas évoluer jusqu’à la semaine prochaine. 

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour