14 juin, 2024
spot_img

Ce que vous ne saviez peut-être pas sur Silvio Berlusconi

L’ancien Premier ministre italien, Silvio Berlusconi, décédé lundi à l’âge de 86 ans, a été l’une des figures les plus importantes de la vie publique en Italie au cours des 25 dernières années. Il ne faut pas cacher les nombreux scandales auxquels le Cavaliere a été mêlé. Il laisse aussi un empire médiatique important. Il a changé la façon de faire de la politique et est devenu le précurseur du populisme incarné plus tard par Donald Trump.

Un des personnages les plus riches d’Italie

Homme d’affaires prospère, il aura été l’un des hommes les plus riches d’Italie. Ce fut un animal politique qui a profité du vide laissé par la disparition de la démocratie chrétienne. Il avait un style de vainqueur qui a subjugué nombre d’italiens.Il a fait la une des journaux de 1994 jusqu’à la fin de sa vie.

Il aura été mêlé à de nombreux scandales

Il a été impliqué dans de nombreux procès pour corruption et abus de pouvoir. On cite encore aujourd’hui le scandale le plus notoire avec l’affaire Ruby. Il s’agit du surnom de la jeune femme avec qui Berlusconi aurait eu des relations sexuelles lorsqu’elle était mineure. Il a également été accusé d’avoir négocié avec la mafia sicilienne dans les années 90. Ils se sont tous soldés par un acquittement ou par la prescription. 

Silvio Berlusconi a été chanteur sur des bateaux de croisière

Il est né à Milan en 1936. Fils d’un banquier de la classe moyenne, il commencé à chanter sur des bateaux de croisière. Il aurait également vendu des aspirateurs. Mais sa carrière fulgurante a démarré lorsqu’il a fondé sa première entreprise de construction à l’âge de 25 ans

Déjà une première chaîne de télévision à Milan dans les années 70

Ensuite il reprend le média “Il Giornale” et crée la chaîne de télévision “Canale 5”. En 1978, il fonde Fininvest, la holding de la famille Berlusconi qui contrôle aujourd’hui un empire formé entre autres par la maison d’édition Mondadori, la société de production cinématographique Medusa et le groupe audiovisuel Mediaset. Passionné de football, il a possédé l’AC Milan des années 1970 jusqu’en 2017, date à laquelle il l’a vendu à un consortium chinois et a ensuite racheté Monza, une petite équipe de Serie A.

Il a commencé une carrière politique à partir de 1994

Il a démarré sa carrière politique avec la fondation de Forza Italia, un parti libéral et centriste qui montrait les premiers signes de populisme. Le parti promettait de combler le vide dans un pays désenchanté par les politiciens après l’opération anti-corruption “mains propres”

Plusieurs fois Premier ministre

Berlusconi se présentait comme le barrage contre le communisme et promettait de diriger le pays comme il avait géré ses entreprises. Il remporta les élections et fut chef d’un gouvernement en coalition avec la Ligue du Nord , alors dirigée par son fondateur Umberto Bossi. Cela n’aura pas duré longtemps. Il démissionna la même année.

Il reprend le rôle de Premier ministre en 2001, avec la coalition conservatrice qui se nomme “Casa de las Libertades” Il gouvernera pendant cinq ans et fait de cet exécutif l’un des plus durables de l’histoire du pays.

En 2006, il tente de renouveler son mandat, mais perd face à Romano Prodi, même si ce n’est que deux ans plus tard, à 71 ans, qu’il profite de la chute du gouvernement pour redevenir Premier ministre, cette fois avec le “Peuple de la liberté” ( avec Forza Italia et l’Alianza National de droite).

Il a de nouveau dirigé le pays en coalition avec la Ligue du Nord jusqu’en 2011, la crise économique et à nouveau les scandales judiciaires ont coulé son gouvernement.

Berlusconi et le football, une histoire d’amour

L’empreinte qu’il laisse sur le foot avec un Milan historique qu’il a dirigé pendant 31 ans, est sans précédent. Ce Milan champion sera toujours le Milan de Berlusconi.

Berlusconi et les femmes

Plusieurs scandales sexuels sont à mettre à l’actif de Silvio Berlusconi. Un des plus retentissant fut le “Rubygate”. Le recours à la prostitution de mineures et abus de pouvoir sont au coeur de sa vie depuis plusieurs années. Néanmoins, Marta Fascina, de 53 ans sa cadette, a vécu les dernières heures avec sa compagne. Elle est député du parti “Forza Italia”.

Leur relation a été rendue publique en mars 2020 avec quelques photos parues dans le magazine Diva e Donna et qui impliquaient la rupture avec sa précédente petite amie, Francesca Pascale.

Depuis, la discrète Marta Fascina est devenue son ombre , au point que, selon son environnement, c’est elle qui a géré les informations qui ont été données sur l’état du magnat, chose importante pour la stabilité de son entreprise. 

Au moment de sa mort, elle était déjà avec lui dans la chambre d’hôpital lorsque le frère de l’homme politique, Paolo, et ses enfants et héritiers sont arrivés.

Qui vont être les héritiers ?

Au-delà des participations financières Silvio Berlusconi possède jets privés, yachts et autres villas de luxe sur la Côte d’Azur, à Rome, Lampedusa et surtout à Arcore à côté de Milan et en Sardaigne sur la très prisée Costa Smeralda où sa villa Certosa est l’une des plus chère du monde avec ses 126 pièces. 

Reste une question-clé : qui va hériter de cet empire ? Père de cinq enfants issus de deux mariages, Silvio Berlusconi était plusieurs fois grand-père. S’il possèdait à lui seul 61% de Fininvest, ses deux premiers enfants d’un premier mariage 7,65% et les trois suivants un peu moins. L’héritage devrait donc se jouer en famille en sachant que l’aînée, Marina, est déjà présidente de la Holding et de Mondadori. Pier Silvio, le deuxième, lui, dirige Mediaset. Les cinq enfants pourraient cependant obtenir le même nombre de parts. Attendons d’avoir des nouvelles sur le testament du “Cavaliere” !

Cet article a été rédigé avec des informations parues dans le journal: https://www.diariodepontevedra.es/

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour