15 juin, 2024
spot_img

Une étude sur le camping et le tourisme responsable

Adeptes de la montagne, de la plage ou des grands espaces naturels, les Français restent attachés à la pause estivale puisque 3 français sur 4 prévoient de prendre la route des vacances cet été dont 57% en France. Mais alors que la baisse des émissions de CO2 est au cœur des enjeux pour limiter l’impact du réchauffement climatique, les Français sont-ils prêts à concilier cet été vacances et démarches écologiques ? Entre l’hébergement, le transport, les activités de loisirs, quels sont les gestes à adopter pour des vacances plus responsables ? Enfin, si l’été sera placé sous le signe des Jeux, l’évènement aura-t-il un impact sur l’organisation des vacances ?

Pour y répondre, Flower Campings, réseau de campings franchisés en France et acteur engagé en faveur d’un tourisme durable, dévoile les résultats de la 2ème édition de son baromètre sur le tourisme durable 2024 réalisé en partenariat avec l’institut d’études Madeinvote.

Parmi les enseignements à retenir :

 Le concept de tourisme durable demeure flou pour une très large majorité des Français : 7 Français sur 10 voient vaguement ou pas du tout ce dont il s’agit

Plus de 8 Français sur 10 ne considèrent pas le tourisme durable comme une priorité et continuent de le reléguer au second plan dans l’organisation ou au moment des vacances35% des Français manquent d’envie de changer leurs habitudes, en hausse de +8 points vs 202389% des Français estiment que le tourisme durable est aussi cher, voire plus cher que les offres de vacances dites traditionnelles

Le camping arrive en tête des hébergements collectifs les plus compatibles avec un tourisme durable pour 58% des répondants.

Le tourisme durable, un concept encore flou en 2024 malgré une légère progression notamment chez les plus jeunes

L’édition 2024 du baromètre révèle que le tourisme durable reste un concept encore flou pour une grande majorité de Français : 71% des sondés voient vaguement ou pas du tout de quoi il s’agit, et ce, malgré les actions de sensibilisation portées par la filière en faveur d’un tourisme plus responsable. Toutefois, une légère progression de 4 points est à noter par rapport à 2023 puisqu’ils sont désormais 29% à voir très bien de quoi il s’agit contre 25% l’année dernière. Ce chiffre monte à 37% chez les moins de 35 ans, pour qui, le concept est toujours plus familier.

Ce « flou » s’explique par la difficulté des sondés à identifier les gestes et actions à prioriser en faveur d’un tourisme plus responsable.

Les 3 raisons qui expliquent que le tourisme durable ne soit pas une priorité :

      Un manque d’envie de changer ses habitudes : Si le manque d’information constitue toujours la principale raison pour les Français de ne pas considérer la dimension durable dans le choix de leurs vacances (39% vs 46 % en 2023), c’est le manque d’envie de changer leurs habitudes qui s’affirme cette année (35 % vs 27 % en 2023) suivi de tarifs inadaptés (21 % vs 24 % en 2023).

      Une perception prix négative : Le prix reste un facteur déterminant dans l’organisation des vacances. À ce titre, près de 9 Français sur 10 estiment que le tourisme durable est aussi cher, voire plus cher que le tourisme dit traditionnel. Ce sentiment déjà fort en 2023 en raison de l’inflation (84%) se renforce en 2024 – en hausse de 4 points.

      Le train, un mode de transport qui ne répond toujours pas aux attentes et besoins des Français : seuls 12% des sondés prévoient de prendre le train pour partir en vacances cette année. Si le besoin d’autonomie sur place est d’abord invoqué par 54% des répondants, le prix des billets est également cité (pour 37% des répondants) notamment chez les moins de 35 ans (43%).

# Jeux de Paris et tourisme durable sont-ils compatibles ?

Alors que le pays accueillera cet été les prochains Jeux, plus de la moitié des Français (52%) considèrent que l’organisation et la tenue de cette manifestation sportive ne sont pas du tout compatibles avec un tourisme durable.

Ainsi, un Français sur 3 estime que l’évènement va le contraindre à modifier l’organisation de ses vacances d’été. Un impact d’autant plus notable pour les habitants d’Ile-de-France (43%) et les moins de 35 ans (46%).

Enfin, 48% des Français privilégieront des vacances loin des villes hôtes des compétitions voir décaleront leur date de vacances (39%).

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour