14 juin, 2024
spot_img

Pentecôte travaillée, fériée, mais pas chômée?

La Pentecôte est une fête chrétienne qui célèbre la venue du Saint-Esprit sur les apôtres, cinquante jours après Pâques. Une fête religieuse célébrant un miracle biblique donc, devenue un casse-tête administratif avec des implications bien séculaires.

Après la canicule de 2003 ayant fait 15 000 morts en France, il est décidé l’année suivante, que tout le monde deviendrait travailleur bénévole le lundi de Pentecôte. Jour traditionnellement férié (de l’ancien verbe ferer : fêter) jusque-là. Une journée dite de solidarité pour financer des actions en direction des personnes âgées et des personnes handicapées. On allait chômer en travaillant comme d’autres sifflaient en travaillant ! Ce qui était bien vu par notre ex-Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, à l’initiative de cette décision puisque chômer vient de l’occitan caumar : se reposer durant la chaleur… Il va falloir le rappeler aux syndicats…

Sauf qu’on a fini par en perdre son latin quand, en 2008, une nouvelle loi décidait que chaque entreprise, désormais, pouvait choisir n’importe quel autre jour pour cette fameuse journée de solidarité, même si la plupart des employeurs ont finalement gardé le lundi de Pentecôte.

Donc l’Esprit saint n’est pas descendu que sur les apôtres mais sur les simples mortels qui ont le privilège de travailler ce lundi de Pentecôte sans un sou de plus. Une bonne action à travers une journée de travail cadeau. Et dans ce cas, travailler gratuitement, ça devrait être vu comme une fête.

Ce que j’ignore, c’est combien rapporte cette opération du Saint-Esprit, ni quelles sont les ouailles qui en bénéficient vraiment. Décidément, tout est mystère en ce bas monde.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour