15 juillet, 2024
spot_img

La SNCF veut faire concurrence à Trenitalia et Italo 

La Sncf prépare son extension au marché ferroviaire italien. Elle s’apprête à donner du fil à retordre à Trenitalia et Italo en annonçant l’extension du réseau à grande vitesse dans la péninsule à partir de 2026.

La SNCF propose déjà des TGV Inouï déjà en service entre Milan, Turin et Paris. Cette ligne est toujours perturbée. Le 27 août, un gigantesque éboulement s’est produit dans la vallée de la Maurienne, au cours duquel 15.000 m3 de rochers se sont détachés de la montagne pour se répandre sur les voies ferrées. La réouverture totale de la ligne TGV Paris-Milan ne pourrait toutefois intervenir qu’à la fin de l’année 2024. C’est long!

9 allers-retours entre Turin et Naples et 4 allers-retours entre Turin et Venise

Les villes desservies seront : Turin, Milan, Brescia, Vérone, Padoue, Venise, Bologne, Florence, Rome et Naples. Elle proposera à terme neuf allers-retours par jour entre Turin, Milan, Rome et Naples et quatre allers-retours entre Turin et Venise, qu’elle exploitera grâce à 15 rames des nouveaux TGV M, dont les premières livraisons sont prévues pour le second semestre 2025

L’objectif serait de 15% des parts de marché d’ici 2030

Pour accompagner cette expansion, qui s’inscrit dans une stratégie de développement visant à doubler le nombre de passagers en Europe dans les dix prochaines années, Sncf Voyageurs déploiera 15 convois TGV M , qui seront techniquement adaptés aux infrastructures italiennes ; et 15 autres trains à deux étages de dernière génération .

L’Italie est un marché stratégique

Pour la compagnie ferroviaire française, l’Italie représente un marché particulièrement stratégique , avec plus de 56 millions de passagers transportés chaque année à grande vitesse ; mais aussi dynamique, avec un réseau en constante expansion.

Trenitalia

La SNCF sera en concurrence avec deux entreprises bien installées

Italo

En Italie, SNCF Voyageurs sera en concurrence avec la compagnie nationale Trenitalia qui détient environ deux tiers des parts de marché de la grande vitesse et NTV, qui appartient à l’armateur italo-suisse MSC, et fait rouler ses trains sous la marque Italo. La SNCF a possédé 20% du capital de cette entreprise jusqu’en 2015, avant de revendre ses parts. On peut dire que la première tentative d’implantation a été un échec.

Présents dans neuf pays depuis plusieurs dizaines d’années

Aucune précision n’a été communiquée sur la nature de l’offre commerciale. En Espagne, la SNCF a réussi à conquérir 20% des parts de marché sur la grande vitesse grâce à son offre Ouigo qui a cassé les prix par rapport aux tarifs pratiqués par Renfe. “Ca fait plusieurs dizaines d’années que nous sommes présents en Europe dans neuf pays”, a rappelé le PDG de SNCF Voyageurs Christophe Fanichet, lors d’une rencontre avec la presse.

Dans la plupart d’entre eux,hormis l’Espagne et donc bientôt l’Italie, la SNCF coopère avec les compagnies locales, et sur des lignes transfrontalières. Le chiffre d’affaires des activités européennes de SNCF Voyageurs représente aux alentours de 3 milliards d’euros, soit un tiers du total de l’activité grande vitesse de la compagnie.

“L’Italie est un marché naturel de la grande vitesse, avec 56 millions de voyageurs transportés par an. Mais c’est un marché qui n’est pas encore mature avec beaucoup de voyageurs à aller chercher”, a expliqué le patron de TGV-Intercités, Alain Krakovitch.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour