Catégories
Aérien Transport

Un bonus qui ne passe pas dans un grand groupe aérien

Une agence qui conseille les actionnaires, « Institutional Shareholder Services » (ISS) a indiqué que la décision la plus appropriée est de voter contre la proposition d’offrir un bonus au PDG. Si cette proposition venait à gagner, il serait très difficile d’effectuer le paiement, même s’il est vrai que le contrat soit déjà signé et pourrait avoir lieu même contre la volonté des propriétaires de l’entreprise, les actionnaires. Quelle injustice pour des milliers d’employés!

Plus d’un million d’euros de prime

Le paiement devrait être approuvé alors que l’entreprise procède à des coupes dans toutes ses filiales. Entre autres, les pilotes ont vu leurs salaires baisser de 20% en échange de ne pas perdre d’emploi.

L’heureux élu est le patron du groupe aérien britannique IAG

Willy Walsh, l’Irlandais qui préside le groupe, va prendre sa retraite, laissant l’espagnol, Luis Gallego, à la tête du groupe. De son côté, à la tête de la compagnie la plus importante du conglomérat, British Airways, il y a un autre espagnol, Alex Cruz.

Une raison supplémentaire de la rébellion des actionnaires

La raison ? Willy Walsh, le directeur actuel du groupe, a fixé une rémunération supplémentaire d’un million d’euros, en récompense de son management en 2019. Certes, ses décisions ont été excellentes et la prime avait été préalablement convenue. Une crise comme celle que nous connaissons aujourd’hui peut bien remettre en question quelques décisions généreuses prises courant 2019.

En attendant, Air Europa reste la proie du groupe IAG

Bruxelles donne de l’espoir au sauvetage d’Air Europa. La Commission Européenne vient d’autoriser le gouvernement espagnol d’apporter de l’aide à Air Europa comme elle l’a fait avec plusieurs compagnies nationales. Cependant, l’Union Européenne peut cependant contraindre Air Europa à renoncer à certaines de ses routes principales si elle veut recevoir une aide publique du gouvernement espagnol. Lufthansa a déjà été contrainte de vendre des créneaux horaires dans les principaux aéroports allemands afin de recevoir une aide publique de 9 milliards de dollars. Les nouvelles règles communautaires établissent que la Commission Européenne doit évaluer les aides supérieures à 250 millions d’euros avant que les États membres ne les accordent. Air Europa aura besoin d’environ 400 millions d’euros pour éviter la faillite.

IAG a réitéré son intérêt pour racheter Air Europa et voulait, il y a quelques semaines, proposer de reprendre la compagnie espagnole pour 50% du prix convenu initialement ! Sacrés britanniques !

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.