Catégories
Ferroviaire Transport

Pourquoi en Allemagne, comme en France, les politiques relancent-ils de vieux concepts ferroviaires ?

En France, nous avons eu droit à des annonces qui ont étonné beaucoup de professionnels comme la reprise des trains de nuits et le renforcement du fret. On ne sait pas si cela va faire vibrer le cœur de quelques nostalgiques mais l’important est de calmer surement les écolos…

En France, la SNCF a délaissé les trains de nuits depuis longtemps

Le train de nuit devrait signer son grand retour en France où il suscite un nouvel engouement (vous y croyez ?). Emmanuel Macron a promis dans le cadre de de sa politique de transition écologique de mettre l’accent sur les liaisons ferroviaires nocturnes. C’est tout le contraire de la stratégie adoptée ces dernières décennies par la SNCF. Il faut faire plaisir aux écologistes ? ou noyer les dettes de la SNCF ?  La mise en place du TGV a laissé peu de place à ces trains couchettes …

Pour le fret ferroviaire, c’est encore pire

11,5 milliards seront dédiés aux transports, au sein d’un volet consacré à la transition écologique en France. Une enveloppe qui concernera en partie le transport ferroviaire, à hauteur de 4,69 milliards d’euros, et dont les applications seront multiples dont le fret ferroviaire. Des investissements devraient être réalisés dans les infrastructures avec un focus sur les lignes de » fret capillaires », c’est-à-dire capable d’accéder jusqu’aux lieux de production. Il y a un peu plus d’un mois, Jean Castex avait également évoqué la relance de plusieurs lignes (dont le train des primeurs, Perpignan-Rungis) et souhaité le développement d’autoroutes ferroviaires. On va tenter d’y croire mais le fret ferroviaire perd de l’argent depuis des années dans notre pays et c’est dommage car ce type de transport permettrait d’éliminer de nombreux camions sur les routes françaises.

En Allemagne, on relance également d’anciens concepts

Le ministre des Transports en Allemagne a présenté les détails de son idée de relancer le concept « Trans-Europ-Express ». Les vieux professionnels se souviennent des réservations de TEE. Mais franchement depuis, par exemple, l’arrivée du Thalys, les TEE ne représentent rien pour les voyageurs d’une certaine époque.

Le projet est baptisé TEE 2.0 …

Le TEE 2.0, repose sur « un transport longue distance attractif, rapide et continu à travers les frontières ». « Pour cela, les liaisons ferroviaires existantes devraient être mieux reliées. Le concept devrait être la base sur laquelle les entreprises peuvent exploiter des liaisons attrayantes avec des trains à grande vitesse et des trains de nuit », a déclaré le ministre des transports.

Le TEE garde-t-il une image de qualité ?

Le ministre affirme que pour de nombreuses personnes, le Trans-Europ-Express est encore un terme pour « les trains internationaux de haute qualité à travers l’Europe occidentale du passé ». On peut avoir quelques doutes depuis leur disparition, il y a de nombreuses années.

Les TEE ont été lancé en 1950

Les trains TEE ont été lancés au moment du miracle économique des années 1950, alors que les voitures et les avions faisaient déjà une forte concurrence pour les chemins de fer. Beaucoup d’anciens professionnels se souviennent de l’attrait de ce type de train avec le wagon restaurant.

Les Verts poussent …

Les Verts ont averti que les annonces du ministre des transports devaient être suivies de « mesures concrètes pour la politique des transports ». Matthias Gastel, porte-parole de la politique ferroviaire du groupe parlementaire vert indique : « Les pays d’Europe, avec leurs réseaux ferroviaires souvent très denses, ont de véritables trésors qu’il faut enfin mieux articuler pour la politique climatique ».

On revient en arrière … mais à quel prix ?

Selon la racine latine, le terme « révolution » signifie en fait « revenir en arrière ». Et le ministère des Transports espère désormais une telle révolution au sens littéral du terme pour le trafic ferroviaire transfrontalier en Europe : un train oublié depuis des décennies devrait revenir… et ainsi rassembler (à nouveau) les États européens en termes de transport.

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *