Catégories
Aérien Transport

Au milieu du naufrage aéronautique … Alitalia devient ITA

Alors qu’Air France a reçu une aide de l’état d’au moins 7 milliards pour continuer à exister ; le gouvernement a renationalisé Alitalia. Dans tous les cas, la compagnie était, elle aussi, sous respiration artificielle depuis un bon moment.

Le gouvernement italien a décidé d’agir

Le gouvernement italien a nommé les administrateurs et a mené à bien la création de la nouvelle société publique qui va acquérir Alitalia. Cette société, anciennement connue sous le nom de Newco vient d’exister sous le nom de « Italia Trasporto Aereo » ou juste ITA Comme pour toute société publique, le gouvernement apportera des capitaux à Alitalia pour achever le processus de renationalisation. ITA est donc le nouveau gérant de la « nouvelle Alitalia ».

Rien ne change pour les passagers

C’est la deuxième fois que le gouvernement italien change la « dénomination sociale » d’Alitalia. Au début de la pandémie, Alitalia TAI avait été créée. Aujourd’hui, elle devient Alitalia ITA. Dans tous les cas, le fuselage des avions conservera la marque Alitalia et ses couleurs.

Quand les politiques doivent montrer que la compagnie nationale est toujours bien vivante

Il faut défendre le pavillon italien comme Air France bat le pavillon français. L’orgueil coûte vraiment très cher. Les italiens comme les français doivent savoir que c’est avec leur argent que ces compagnies aériennes survivent. Il reste à réaliser un travail très impopulaire, c’est de réduire la flotte et se séparer de plusieurs milliers de personnes.

La nouvelle société aurait un petit capital

Alitalia ITA serait doté au départ d’un capital de 20 millions d’euros. Le gouvernement avait précédemment signé un décret pour prêter jusqu’à 3 milliards d’euros à Alitalia, dont 1,3 milliard auraient déjà été apportés. Cela coûtera bien plus.

Il faut encore l’approbation de l’Union Européenne

Toute cette affaire devra recevoir l’aval de la commission européenne. Il serait étonnant qu’elle refuse actuellement ce nouveau plan de sauvetage quand on voit les sommes astronomiques prêtées ou données à des groupes comme Lufthansa ou Air France-KLM.

On tente de se rassurer en regardant les sommes prêtées par le gouvernement américain

En Juillet dernier, Delta, United, JetBlue, Southwest et Alaska ont signé des lettres d’intention pour l’obtention de prêts, avait annoncé le département du Trésor. Il avait également annoncé que American, Frontier, Hawaiian, SkyWest et Spirit avaient également conclu des accords pour l’aide. La loi CARES, un programme de secours de 2,2 milliards de dollars contre les coronavirus adopté en mars, a réservé 25 milliards de dollars de prêts aux compagnies aériennes américaines. La facture devrait être bien plus importantes.

Cela n’empêchera pas les licenciements

Aujourd’hui, les trois principales compagnies aériennes américaines, déploient de nouveaux programmes pour inciter des dizaines de milliers d’employés à accepter un congé volontaire ou une retraite anticipée. On évoque plus de 5 000 départs chez American Airlines.

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *