Catégories
Événement Environnement

Des typhons d’une violence extrême en Asie et en Amérique centrale

Si on se plaint de la pandémie, du confinement … de l’autre côté du monde, des phénomènes météorologiques font d’énormes dégâts et des morts. Il s’agit aussi de pays qu’on aime visiter. On ne peut les oublier.

Au Vietnam, le typhon Vamco a frappé

Avec des vents pouvant atteindre 165km/h, le typhon Vamco a frappé, dimanche, une partie de la côte vietnamienne de Ha Tinh dans la province de Quang Ngai. « C’est un typhon très violent », avait déclaré le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc, avertissant les provinces sur la trajectoire prévue de Vamco à se préparer à son impact.

La 13ème tempête au Vietnam

Le Vietnam est sujet aux tempêtes destructrices et aux inondations en raison de son long littoral. Vamco est la 13e tempête qui aura affecté le pays d’Asie du Sud-Est cette année, où plus de 160 personnes ont été tuées dans des catastrophes naturelles déclenchées par une série de tempêtes depuis début octobre. « Il n’y a eu aucun répit pour plus de huit millions de personnes vivant dans le centre du Vietnam », a déclaré Nguyen Thi Xuan Thu, président de la Croix-Rouge du Vietnam. Les provinces ont dû évacuer 468 000 personnes.

Au moins 67 morts aux Philippines

Vamco a été la tempête la plus meurtrière à avoir frappé les Philippines cette année, tuant au moins 67 personnes sur l’île principale de Luzon ces derniers jours et affectant quelque 1,7 million de personnes dans le pays. La tempête a provoqué certaines des pires inondations depuis des années, inondant les villages, détruisant les récoltes et laissant des centaines de milliers de personnes sans électricité.

Des équipes de secours, ont été envoyées samedi dans le nord-est des Philippines, où des pans de la région ont été inondés. La situation a été aggravée par le rejet d’eau d’un barrage.

Les Philippines et le Vietnam font partie des 10 pays les plus touchés par les catastrophes climatiques au cours des 20 dernières années, selon le groupe d’analyse environnementale Germanwatch.

La tempête tropicale touche une deuxième fois le Nicaragua

L’ouragan Iota a frappé le Nicaragua avec des vents hurlants et des vagues déferlantes ce mardi, chassant des dizaines de milliers de personnes de leurs maisons le long de la même portion de la côte caribéenne qui a été dévastée par un ouragan tout aussi puissant il y a à peine deux semaines.

Il faut attendre pour connaitre l’ampleur du désastre

L’ampleur des dégâts n’était pas claire car une grande partie de la région touchée était privée d’électricité, de téléphone et d’Internet, et des vents forts ont entravé les transmissions radio. Les rapports préliminaires de la côte indiquaient des arbres renversés et des poteaux électriques et des toits arrachés aux maisons et aux entreprises, a déclaré Guillermo González, directeur de l’agence de gestion des urgences du Nicaragua. Plus de 40 000 personnes se trouvaient dans des abris.

D’autres pays ont été touchés

Dans la région montagneuse de Tegucigalpa, les habitants des zones basses et sujettes aux inondations étaient évacués en prévision des pluies d’Iota, tout comme les habitants des quartiers à flanc de colline vulnérables aux glissements de terrain. Le Panama a signalé qu’une personne avait été tuée et une autre portée disparue dans sa région autonome indigène de Ngabe Bugle, près de la frontière avec le Costa Rica. Alors que la tempête se déplaçait vers l’ouest, les inondations sont devenues une préoccupation majeure. La rivière Tola surmontait ses rives et l’ouest du Nicaragua, le long de la côte Pacifique, devait recevoir le plus de pluie. Le directeur de la météorologie du Nicaragua, Marcio Baca, a déclaré que les zones où le sol était déjà saturé recevraient de 6 à 7 pouces de pluie supplémentaire.

Amérique Centrale et Mexique

Le typhons Eta a déclenché des crues soudaines et des glissements de terrain dans certaines régions d’Amérique centrale et du Mexique et a tué plus de 130 personnes.

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *