Catégories
Lifestyle Culture

Osez Balzac !

LA RABOUILLEUSE – HONORÉ de BALZAC

Pour débuter cette nouvelle période de confinement, je vous invite à découvrir ou à redécouvrir l’un des meilleurs romans de la Comédie Humaine, pourtant l’un des moins connus.

On peut regretter que Balzac n’ait pas conservé le titre originel, les deux frères, car c’est bien l’histoire de ces deux frères, autour de la Succession Rouget, que Balzac va nous délivrer un roman noir, découpé en en trois parties : les deux frères – un ménage de garçons en province – la succession.

Les deux frères, Philippe et Joseph, ont pour mère Agathe. La première partie est dominée par les frasques de Philippe, le frère ainé. Philippe ancien militaire, devenu un soudard sans morale. Il est aimé aveuglément par sa mère Agathe qui se ruinera pour lui.

L’autre fils d’Agathe c’est Joseph tout l’opposé de son frère. Il est généreux et honnête.

La deuxième partie se déroule à Issoudun. Agathe qui a été déshéritée par son père, le Docteur Rouget, en faveur de son benêt de frère Jean-Jacques Rouget apprend que ce dernier est sous l’emprise d’une jeune et jolie paysanne Flore Brazier, surnommée « la Rabouilleuse » (celle qui agite l’eau pour rabattre les écrevisses vers les pièges). Jean-Jacques n’ayant pas d’enfants, Agathe se rend avec son fils Joseph à Issoudun pour tenter de récupérer une partie de la fortune de son père.

La troisième partie voit   Philippe, tenter à son tour de mettre la main sur la fameuse succession Rouget, et le drame se dessiner.

Dans la société balzacienne on ne gagne point d’argent par le travail, non, seulement par la rente, l’usure, la spéculation, l’héritage. L’argent corrompt et accable la société décrite par Balzac. Comme toujours avec Balzac sa galerie de personnages est exceptionnelle : le docteur Rouget qui manœuvre pour déshériter sa fille Agathe, qui est aveuglée par son amour maternel pour Philippe, un des pires monstres de la comédie humaine, La Descoing et sa loterie, Jean-Jacques le stupide frère d’Agathe, La Rabouilleuse finaude paysanne, Joseph, le bon fils, mal aimé… et bien d’autres personnages encore.

Heureux lecteurs vous découvrirez un dénouement très moral, pour ce roman noir, amer, ironique, aux incessants rebondissements, Balzac tutoie la perfection.

L’un des meilleurs romans de la Comédie Humaine.   

Jean-François Colonna – Avril 2021

LA RABOUILLEUSE – HONORÉ de BALZAC-  Folio Classique- 361 pages

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *