19 juillet, 2024
spot_img

IATA : le nouveau règlement européen sur les slots ne correspond à aucune réalité du moment

 À partir de l’hiver prochain, selon le règlement de l’UE, 50% des slots (créneaux horaires) doivent être utilisés par les compagnies aériennes afin qu’elles ne les perdent pas. L’Association du transport aérien international (IATA) estime que cette décision « oublie la réalité ».

Un règlement d’exception avait été institué par rapport à une situation inédite

Avant la pandémie actuelle, la réglementation stricte des slots dans les aéroports était pratiquement inviolable. Si au moins 80% des créneaux horaires alloués n’étaient pas utilisés, ceux-ci pourraient être retirés aux compagnies aériennes. Mais ensuite, l’arrivée du Covid19 a contraint le trafic aérien à rester au sol, et il était impossible de se conformer à cette réglementation. Il a donc été décidé, avec un règlement d’exception de la Commission européenne, que les compagnies aériennes ne doivent pas perdre leurs créneaux – même s’ils ne sont pas utilisés – dans cette situation exceptionnelle.

L’UE ne permet pas une extension de ce règlement d’exception

Cependant, le Parlement européen avait déjà indiqué en décembre dernier qu’il n’était pas favorable à une extension de ce règlement. À partir du changement d’horaire des vols d’été à partir d’avril 2021, des alternatives devraient être sur la table.

50% des slots accordés doivent être utilisés

Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Le règlement de l’UE stipule que les compagnies aériennes opérant dans des aéroports ayant une règlementation sur les slots doivent utiliser au moins la moitié des créneaux horaires qu’elles possèdent de novembre 2021 à avril 2022. La commission fait valoir que « la reprise du trafic intra-UE, cet été, justifie un seuil d’utilisation de 50 % sans allègement ».

L’IATA qualifie la décision du Parlement européen d'”irréaliste”

IATA soutient que la Commission a ignoré les conseils et les preuves des États membres de l’UE et de l’industrie du transport aérien, qui avaient tous plaidé pour un seuil beaucoup plus bas. L’IATA suppose que d’ici la fin de l’année, seuls 34 % des voyages internationaux seront réalisés par rapport à 2019. Les réservations long-courriers pour l’UE se situent actuellement en moyenne à 20 % du niveau d’avant la crise.

Une situation ubuesque

En conséquence, les compagnies aériennes seraient restreintes et ne seraient plus en mesure de réagir à une demande imprévisible et en évolution rapide, ce qui conduit à des vols nuisibles à l’environnement et inutiles. “En outre, la stabilité financière de l’industrie sera encore affaiblie et la reprise du trafic aérien mondial sera entravée”, poursuit l’IATA dans un communiqué.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour