Catégories
Salon - Expo - Pros du tourisme Asie

Au salon TTM Plus : résilience thaïlandaise

C’est un événement d’importance pour la Thaïlande : le salon TTM Plus se tient actuellement à Phuket du 8 au 10 juin et c’est une renaissance après trois ans d’absence.
277 acheteurs et 264 vendeurs se rencontrent à un rythme soutenu pour faire repartir le tourisme thaïlandais au moment où le pays a rouvert et offre la possibilité d’y venir facilement.

Plus de 40 millions de visiteurs en 2019 pour 55 millions d’euros de rentrées économiques et soudain, le Covid. La joie des retrouvailles aujourd’hui est manifeste. Pas une intervention qui ne commence par l’aveu d’émotion de se retrouver en Thaïlande pour ce salon qui n’a pu se tenir depuis trois ans et qui cette année, aux dires de Monsieur Chattan Kunjara Na Ayudhya, en charge du marketing international, n’est pas une rencontre commerciale ordinaire mais le top départ pour dire au monde entier : ça y est nous sommes ouverts, nous vous attendons.


Le nouveau slogan est Amazing New Chapter Le Marketing de la TAT (Tourism Authority of Thaïland) a décidé que le renouveau passerait par les VIP et les NFT. Des détournements marketing signifiant : vaccine,insurance and passeport pour VIP. NFT pour nature Food and Thainess. Rien à voir avec les certificats virtuels numériques en vogue
ces temps-ci appelés NFT. Quoi que …: l’intervention enthousiaste de la directrice de la société Meta ex Facebook pour l’Asie sur les possibilités, selon elle illimitées de l’usage des Metaverses dans le tourisme, laisse imaginer que la TAT ne va pas s’en priver lorsque les techniques seront au point

NOUVELLES PAGES DU TOURISME

M.Chattan Na Ayudhya et Mme Titiporn Manenate, directrice éxécutive

Le salon 2022 met en avant un nouveau marketing dont le slogan est Amazing Chapters. En quoi consistent ces nouveaux chapitres globalement ? Les responsables de la TAT semblent vouloir appuyer sur la touche update Thaïlande. Ils veulent notamment encourager beaucoup le tourisme de santé et de bien-être c’est un gros marché extrêmement lucratif avec des programmes de prévention santé, de soins de convalescence, de bien-être physique et mentale et même de retraite de luxe avec soins de santé et bien-être. D’ailleurs pour être plus attractifs les visas longue durée vont coûter moins cher et durer 10 ans désormais. Avis aux amateurs de retraites de luxe.

Le tourisme durable est un autre grand cheval de bataille. Le tout est de savoir si c’est envisageable sur la durée. Les intentions en tout cas sont bonnes. Selon une étude réalisée par Airbnb , 91 % des thaïlandais disent que le tourisme durable est important pour eux, 72 % des clients Airbnb en Thaïlande sont conscients de l’importance de créer un impact positif auprès de la population. On note aussi la forte croissance du tourisme national très certainement lié à la pandémie comme ailleurs.

Si jusqu’ici la Thaïlande travaillait en grande partie avec quelques grandes zones géographiques, la stratégie d’après Covid ira désormais davantage vers de nouveaux marchés. Tous les pays nous importent à précisé Monsieur Ayudhya. À titre d’exemple il cite Israël dont les habitants ont été parmi les premiers à revenir après la pandémie mais aussi le Kazakhstan, l’Arabie Saoudite. Bref la Thaïlande va semer à tout vent.
Ce salon, visiblement très attendu aura permis des échanges commerciaux efficaces en dépit des incertitudes toujours présentes avec la promesse de tenir compte le plus possible des nouvelles nécessités : canaliser le tourisme de masse, séduire une clientèle un peu plus sélective et sur des séjours plus long tout en tenant compte à la fois des demandes de vacances expériences et de la nécessité de mieux protéger la nature.
À la question posée : la TAT a-t-elle une stratégie de crise pour faire face a des éventuelles obstacles ultérieurs  qui pourraient survenir Monsieur Ayudhya répondait : « nous savons nous adapter. De toute façon le tourisme mondial est obligé de s’adapter à  plein d’égards Nous savons que rien n’est jamais assuré nous avons eu le tsunami, des bombes à Bangkok, des coup d’état, des fermetures d’aéroports, la pandémie. Alors ici nous avons toujours un plan B et même C et D…. Cela s’appelle la résilience

Évelyne Dreyfus

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *