Catégories
Travel Tour-Opérateurs - Distributeurs

TUI : avant de partir, le patron se réjouit du bel été

Le groupe allemand revient de loin, après la crise du Covid. L’été 2022 se situerait à 90% du niveau de l’été 2019. Il faut espérer que les prochains mois seront aussi positifs.

Les vacanciers réservent plus tard et davantage …

La société basée à Hanovre a annoncé mercredi que les réservations avec 11,5 millions de clients représentaient 90% du niveau de l’été 2019. Les vacanciers réservent dans des délais plus courts qu’auparavant et dépensent plus d’argent, a-t-il déclaré, en partie parce qu’ils ont opté pour des voyages plus longs et des hébergements plus chers.

Fritz Joussen veut croire que l’entreprise est désormais saine …

Le PDG sortant, Fritz Joussen, a déclaré que les soucis de TUI, suite au Covid, et qui ont nécessité le secours de l’état, étaient terminés. Grâce à la hausse des prix des voyages, le trimestre d’été sera le plus fort en termes de ventes de l’histoire de l’entreprise. « La crise est terminée », a déclaré Joussen, qui a étonnamment annoncé en juin qu’il démissionnerait après une décennie le 30 septembre.

Tous les problèmes n’ont pas été résolus

 Il suffit par exemple d’observer le niveau de la dette (plus de 3 milliards d’euros). TUI doit renouer avec une croissance rentable. Mais la crise elle-même était terminée, selon Fritz Joussen. Mais avec l’inflation, un nouveau défi est à nos portes.

Le nouveau patron de TUI a du pain sur la planche

Le patron désigné de TUI et ancien directeur financier, Sebastian Ebel, ne craint pas que l’augmentation des coûts puisse contrecarrer les projets de voyage des clients. Même si le revenu disponible des clients diminue, très peu d’entre eux renoncent complètement à leurs vacances. Cependant, il est concevable que moins de voyages longue distance soient réservés à l’avenir et qu’il y ait plus de demande pour des destinations plus proches, comme l’Égypte au lieu de la République dominicaine.

Le groupe veut croire aux bénéfices cette année

Au troisième trimestre fiscal de 2022 (avril-juin), cependant, cela n’a pas suffi pour faire un profit. Bien que les ventes aient bondi de 650 millions à 4,4 milliards d’euros par rapport à la même période de l’année précédente, qui avait été affectée par la pandémie, le résultat d’exploitation trimestriel ajusté était négatif à 27 millions (trimestre de l’année précédente : moins 670 millions). La direction du groupe a justifié cela principalement par des annulations et des retards de vols en Grande-Bretagne, ce qui aurait entraîné des coûts spéciaux de 75 millions d’euros.

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.