19 juillet, 2024
spot_img

ITA Airways : Lufthansa pourrait faire une nouvelle offre

Une reprise de l’ancienne Alitalia serait une autre tentative de prendre pied sur le marché italien attractif. Mais la fusion n’aurait pas que des avantages. La valeur d’ITA Airways aurait baissé compte tenu de la lenteur des négociations

La situation d’ITA Airways se détériore

Le fait que la situation économique d’ITA n’ait cessé de se détériorer fait le jeu de Lufthansa. Le prix d’achat aurait encore baissé. De plus, Lufthansa a insisté dès le départ pour être en charge de l’entreprise, quelle que soit l’importance de la participation. Les détails de l’accord n’ont pas encore filtré. « Il y a de bonnes raisons pour de longues négociations », déclare Andreas Jahnke, consultant Accenture.

Une OPA présentée cette semaine ?

D’innombrables cycles de négociations ont eu lieu et entre-temps, il semblait que tous les efforts avaient été vains du point de vue de Lufthansa. Mais maintenant cela se concrétise apparemment : selon des informations des milieux industriels, le groupe devrait présenter cette semaine une offre publique d’achat sur la nouvelle compagnie aérienne italienne ITA Airways. Aucun concurrent n’est actuellement en vue.

Six semaines encore pour un accord final !

Selon les rapports, Lufthansa achètera initialement une participation minoritaire dans la compagnie aérienne. Mais LH a la possibilité d’acquérir entièrement ITA à une date ultérieure. Au départ, il y a un prix d’achat d’environ 300 millions d’euros pour une part d’environ 40 %. Des chiffres que ni Lufthansa ni le gouvernement italien ne commentent. Une fois l’offre reçue, les deux parties disposent de six semaines pour signer un accord d’achat final.

Pour Lufthansa la reprise d’ITA Airways ne sera pas simple

Pour le groupe Lufthansa, l’intégration signifie croissance, mais aussi plus de complexité et d’incertitude. Le groupe doit déjà distribuer des avions et d’autres ressources à cinq hubs (Francfort, Munich, Vienne, Zurich et Bruxelles) et mettre en place un réseau de routes raisonnable pour les cinq sites. Rome et Milan devraient être ajoutés. Sur le trafic européen, ITA est principalement en concurrence avec Ryanair, qui détient désormais une part de marché d’environ 40 % en Italie. On peut donc se demander comment ITA, qui utilise les structures de l’ancienne Alitalia, peut gagner de l’argent sur les liaisons court et moyen-courriers.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour