19 juillet, 2024
spot_img

Et si Lufthansa s’emparait également de TAP Air Portugal?

Air France-KLM est resté en dehors du rachat d’ITA Airways; le groupe franco-néerlandais espère donc conquérir TAP Air Portugal. La politique a ses secrets et il est toujours possible que les Français restent isolés …

Le Premier ministre portugais, António Costa, et le chancelier allemand, Olaf Scholz, se sont félicités mercredi de la possibilité pour Lufthansa de rester avec TAP Air Portugal , après le processus de privatisation, et ont souligné que les deux compagnies aériennes avaient des stratégies “complémentaires” . Cependant, le chef du gouvernement portugais a averti que tous ceux qui s’intéressent à la compagnie aérienne portugaise “commencent sur un pied d’égalité” dans ce processus, qui commencera “sous peu” et sera “transparent”

“Lufthansa est la bienvenue, c’est une grande compagnie aérienne

Elle a une stratégie très complémentaire avec le hub TAP “, a déclaré Costa lors d’une conférence de presse à Lisbonne après avoir reçu son homologue allemand.

Mais ce sera le processus de négociation qui déterminera qui remportera la privatisation, a insisté Costa, qui a également souligné que l’intérêt de Lufthansa pour TAP Air Portugal n’est pas récent : “Avant la crise générée par la pandémie de Covid-19, elle avait déjà négocié avec l’actionnaire privé d’alors pour acquérir sa position », a-t-il rappelé.

Les allemands y voient une complémentarité

A ses côtés, Scholz a reconnu qu’il y avait une “complémentarité” entre les deux sociétés et que cela pouvait bien fonctionner. “Je pense qu’ils sont complémentaires, mais nous allons voir le résultat”, a-t-il déclaré.

TAP Air Portugal appartient à l’État portugais, qui contrôle actuellement 100% de son capital, après l’avoir nationalisé à nouveau pour le sauver de l’impact subi par la pandémie. La compagnie aérienne est sous un plan de restructuration

Le gouvernement socialiste du Portugal veut conserver une position “stratégique” dans le TAP, bien qu’il n’ait pas révélé dans quelle mesure. Cependant, le groupe Lufthansa a déclaré à d’autres occasions qu’il était opposé à la participation de l’État dans ses entreprises, comme lorsqu’il a entamé des négociations avec le gouvernement italien pour Alitalia, qui a catégoriquement refusé que l’État italien reste actionnaire via les chemins de fer . Ferrovie dello Stato, même si, avec le successeur Ita Airways, il a accepté d’opter, pour le moment, pour une participation de 40%.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour