27 février, 2024
spot_img

Quand les Laquedives irritent les Maldives…

Une dispute a éclaté entre l’Inde et les Maldives après que Narendra Modi, le Premier ministre indien, ait visité les îles indiennes de Lakshadweep (Laquedives) pour promouvoir le tourisme.

Cette visite a été perçue aux Maldives comme une tentative d’éloigner les touristes de l’archipel de l’océan Indien, dont l’économie dépend fortement du tourisme… un fossé diplomatique croissant entre l’Inde et son voisin le plus proche qui pourrait changer la façon dont les Indiens voyageront en 2024.

Les touristes indiens ont effectué plus de 209 000 voyages aux Maldives en 2023, représentant 11 % de son marché touristique, selon les statistiques publiées la semaine dernière. Les Russes arrivent juste après, et les Chinois ne sont pas loin derrière, avec 187 118 visites, soit 10 % du total.

Les photos de trop…

La controverse a éclaté après que Modi a publié sur la plateforme sociale X des images de lui-même en train de faire de la plongée et marchant le long d’une plage de Lakshadweep, une chaîne d’îles du sud de l’Inde dans la mer des Laquedives, au large des côtes du Kerala.

Le plus grand nombre de visiteurs aux Maldives arrivent d’Inde et de Russie. L’archipel des Lakshadweep, quant à lui, est adjacent aux Maldives et possède aussi des plages de sable blanc et des eaux cristallines, mais il a jusqu’à présent été sous-estimé.

Modi n’a pas mentionné dans son message les pittoresques Maldives voisines de l’Inde, mais son éloge enthousiaste des magnifiques paysages de l’archipel moins connu a été considéré comme une sollicitation à ses compatriotes à passer leurs vacances aux Laquedives plutôt qu’aux Maldives.

La réaction aux Maldives

Trois ministres maldiviens ont répondu au post de Modi en le décrivant comme un « clown », un « terroriste » et une « marionnette d’Israël », en plus d’autres commentaires anti-indiens sur la malpropreté, les chambres malodorantes et la défécation à l’air libre pratiqués en Inde.

Le gouvernement des Maldives a rapidement pris ses distances avec ses commentaires, en suspendant les trois responsables – vice-ministres du ministère de l’Emploi de la jeunesse, de l’Information et des Arts – selon la déclaration d’un haut responsable des Maldives.

Dans un communiqué, le gouvernement des Maldives a déclaré qu’il était au courant des commentaires « désobligeants » émis sur les réseaux sociaux, mais a souligné que « les opinions sont personnelles » et ne représentent pas le point de vue des autorités.

La réponse des OTA indiennes

La consigne #BoycottMaldives s’est rapidement rependue sur les réseaux sociaux, avec des touristes indiens annonçant l’annulation de leurs voyages déjà réservés.

Hier, un site web de voyages indien a supprimé la possibilité de réserver des voyages aux Maldives. “Pour soutenir notre nation, EaseMyTrip a suspendu toutes les réservations de vols aux Maldives”, a publié le PDG sur X.

La décision d’EaseMyTrip n’est pas de grande envergure, étant donné que la plateforme ne représente que 8,1 % du marché indien des agences de voyages en ligne. Mais cela pourrait avoir un effet boule de neige. Déjà, des appels se font entendre pour que le leader MakeMyTrip, qui contrôle plus de la moitié du marché des voyages, et d’autres concurrents suivent la mouvance.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

L'Actualité du jour