27 février, 2024
spot_img

Le Brésil veut attirer davantage de touristes musulmans

En tant que premier exportateur mondial de protéines halal, le Brésil cherche désormais à attirer les touristes musulmans, une catégorie de voyageurs qui génère 238 milliards de dollars de revenus chaque année. Le ministère du Tourisme souhaite donc détourner une partie du flux de musulmans visitant les grandes capitales européennes et les États-Unis vers le Brésil, pays célèbre pour ses nombreuses merveilles naturelles. 

Actuellement, le nombre de visiteurs dans ce pays sud-américain en provenance de pays à majorité musulmane est plutôt faible. Par exemple, São Paulo, le principal centre économique du Brésil, n’a accueilli l’année dernière que 21 500 touristes en provenance des pays arabophones. 

São Paulo a une population très diversifiée, dont une communauté musulmane vieille de plusieurs siècles, ainsi que plusieurs mosquées. La ville est la principale porte d’entrée au Brésil et la principale destination des hommes d’affaires du monde islamique.

Des agences spécialisées

Karen Hayek -une entrepreneuse brésilienne née au Liban qui a crée une agence de voyages se concentrant sur les touristes des États du Golfe- a déclaré que jusqu’à récemment, le pays sud-américain n’était pas disposé à traiter avec des musulmans pratiquants fervents.

L’idée est née lorsque Hayek a remarqué que de nombreux hommes d’affaires arabes venaient seuls au Brésil pour assister à des réunions, puis faisaient le long voyage de retour vers la région du Golfe sans vraiment connaître la destination.

« Notre idée était de préparer le pays à accueillir ces convives », affirme Hayek. Halatina.com, la société de Hayek, s’efforce de surmonter les barrières culturelles et linguistiques auxquelles sont confrontés les touristes arabes au Brésil.

« Les ajustements nécessaires ne sont pas si exigeants, mais certains détails sont importants, comme placer des autocollants Qibla dans les chambres, retirer l’alcool des chambres et séparer le porc des autres plats du menu. L’introduction de flexibles de douche dans les salles de bains pour les ablutions, l’offre de tapis de prière et la fourniture de copies du Saint Coran sont également des mesures importantes, a-t-elle ajouté. « Le grand défi est de faire en sorte que le client se sente chez lui. Nous devons connaître les différences et comprendre qui sont ces personnes et quels sont leurs besoins ».

Si São Paulo est la principale destination d’affaires, Rio de Janeiro, Foz do Iguaçu – où se trouvent les gigantesques chutes d’Iguaçu – et l’Amazonie sont les principaux sites touristiques. Tous ces lieux peuvent être pleinement appréciés par les musulmans, dit Hayek.

La ville de Foz do Iguaçu, à la frontière avec le Paraguay, constitue une exception importante. Elle compte une importante communauté musulmane et a été préparée comme destination Halal l’année dernière.

Cependant, le reste du pays présente encore quelques défis : « Bien entendu, il existe encore trop peu de restaurants où les familles musulmanes peuvent manger sans être dérangées et où les femmes peuvent, par exemple, enlever leur foulard. Mais petit à petit, le marché s’adaptera pour répondre à ces besoins », a-t-elle affirmé. Le manque de restaurants halal dans la plupart des régions du Brésil peut être compensé par l’offre omniprésente de poisson et de fruits de mer, a ajouté Hayek. « Nous faisons déjà de la promotion dans le monde arabe et sommes prêts à 100 % à accueillir des touristes musulmans », a-t-elle conclu.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici
Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

L'Actualité du jour