22 mai, 2024
spot_img

La route du café au Brésil: voyage à travers son histoire et sa production

Avis aux amateurs et amatrices de café: voici des informations utiles sur les différentes routes du café que vous pouvez visiter au Brésil -l’un des premiers producteurs au monde- de la Route du café du Minas Gerais au Paraná et São Paulo, pour n’en nommer que quelques-unes. Pour ceux et celles qui s’intéressent au tourisme immersif, les routes du café brésilien offrent l’opportunité de se plonger dans l’histoire de ce produit.

Actuellement, suivant l’exemple de la Colombie, de nombreux producteurs explorent le tourisme associé à cette agriculture et il est déjà possible de trouver des routes du café au Brésil qui offrent des expériences complètes liées à la production de café du pays.

La Route du Café est un parcours à travers différentes régions responsables de la production de ce produit, comme le Minas Gerais, le Paraná et São Paulo. Dans ces endroits, vous pourrez visiter des bâtiments historiques et faire des dégustations.

Les routes du café au Brésil, état de Sao Paulo

Dans l’état de Minas Gerais: cette route traverse la Serra da Mantiqueira (au sud de l’État) et traverse des villes comme Carmo de Minas et São Lourenço. São Lourenço est l’une des destinations touristiques les plus populaires et se caractérise par l’ancienne Fazenda Sertão, qui a atteint un nouveau record dans le prix de la Coupe d’Excellence pour ses spécialités de café. Bien que cette région offre des expériences impressionnantes toute l’année en raison des conditions climatiques et de l’altitude (qui garantissent, entre autres, la plantation de céréales de haute qualité), le tourisme est recommandé dans deux périodes clés (liées à la culture des graines): entre décembre et février et entre juin et août. Les activités proposées sur cet itinéraire comprennent des randonnées à travers les plantations de café et des visites de belvédères et autres points d’où l’on peut profiter du paysage.

Dans l’état du Paraná: située au nord de la région, cette route traverse neuf villes différentes et propose 30 attractions dans un rayon d’environ 200 km. Dans cette zone, les touristes peuvent visiter des auberges, des fermes, des musées, des restaurants et des fermes historiques et actives. Certaines visites plus longues couvrent l’ensemble du processus de culture, depuis les premières étapes de la plantation jusqu’à l’arrivée dans les supermarchés et les magasins. L’une des villes les plus centrales de cette route est Londrina, considérée comme la capitale du café. Vous pourrez y visiter de nombreuses attractions et sites touristiques, tels que le Musée historique de Londrina (qui abrite 40 000 expositions sur l’histoire de la production de café au Brésil) et la cave Casa Müller (une ferme historique connue pour sa gastronomie).

Dans l’état de São Paulo: cette région se caractérise par la culture du café, car c’est pour cette raison que le chemin de fer a été établi dans cette zone. Les personnes intéressées par cette visite peuvent visiter le Musée du Café (situé dans la ville de Santos, avec des meubles historiques, des œuvres d’art et des expositions), la Fazenda Vila Rica (à 90 km de São Paulo, connue pour son architecture coloniale et la visite de la production de café). et la Fazenda Mandaguahy (à 300 km de la capitale fédérale, située à Jaú, célèbre pour ses produits artisanaux, du fromage aux biscuits en passant par les gelées, sans oublier le café).

Route du café vert: cette route traverse la région du Ceará, dans le nord-est, où les touristes peuvent profiter à la fois des plages et des paysages de montagne. L’accent est mis sur la région de Baturité, connue pour son histoire, son architecture et la beauté naturelle de ses montagnes. Le point de départ est la gare de Baturité, où se trouve également le musée de la ville. De là, vous pourrez visiter les principaux sites de production : Pacoti, Mulungu, Baturité et Guaramiranga, mais aussi des monastères et autres sites de la période jésuite.

L’empereur Pedro II

La culture du café est étroitement liée à l’histoire du pays

Le café est arrivé au Brésil en 1727, au retour du sergent-major Francisco de Mello Palheta d’un voyage en Guyane française. Bien que les premières récoltes (notamment à Belém et Pará) aient conduit à une production destinée à la consommation intérieure, le café était déjà en 1837 le produit d’exportation le plus important du pays. Le capital initial provenait d’agriculteurs et de commerçants qui avaient accumulé des ressources avec l’arrivée de la famille royale au Brésil (vers 1808) et le boom économique associé, et la production de café brésilienne a bénéficié de la structure esclavagiste qui prévalait alors dans le pays.

Ainsi, le produit a été intégré dans le système de plantation (caractérisé par les monocultures, le travail esclave et la culture sur de grandes propriétés et destiné à l’exportation) et s’est répandu depuis la Baixada Fluminense et la vallée du fleuve Paraíba qui traverse les états de Rio de Janeiro et de São Paulo. Tout au long de l’histoire, le café était transporté par route et par chemin de fer, qui acheminaient les grains des fermes jusqu’aux ports d’expédition à l’aide de wagons et de charrettes.

Ce système a permis au Brésil de maintenir la plus grande production de café au monde pendant plus de 150 ans. Pendant cette période, le pays a fourni environ 80 pour cent de la production mondiale de café. Aujourd’hui, cette part est tombée à 20 %, bien que le Brésil maintienne une consommation annuelle moyenne de cinq kilos de café par personne et ait déclaré le 24 mai Journée nationale du café. De nos jours, la récolte des graines est concentrée dans le Minas Gerais, São Paulo et Paraná, et une grande partie de la production est exportée.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour