20 juin, 2024
spot_img

Carnet de voyage El Salvador 1: un paradis pour les amoureux de la nature

Devant moi, à l’entrée de la forêt humide, mon guide retire son chapeau et murmure des paroles que le vent emporte. Il s’incline, puis s’enfonce entre les arbres. Elisa Lemesle, co-fondatrice avec son mari, Mauricio Barrios, de l’agence réceptive Expedition Maya (www.expeditionmaya.com) me dit que les guides salvadoriens ont un immense respect pour la nature et communiquent avec elle.

Carnet de voyage El Salvador. Crédit photo: Aurélie Resch

Ici, notre ami lui a demandé la permission de pouvoir entrer dans la forêt. Nous le suivons en silence, tous les sens en éveil dans cette somptueuse grotte émeraude. Ici, l’air est plus frais et j’accueille cette nouvelle température avec reconnaissance. L’ascension du Cerro El Cachío un peu plus tôt, dans les fumerolles m’a donné chaud.


Carnet de voyage El Salvador. Crédit photo: Aurélie Resch

Le pays aux 274 volcans
Le Salvador, niché entre le Guatemala et le Honduras, ne cesse de me surprendre avec autant de diversité de paysages sur une superficie de 21 041 km 2, soit le plus petit pays de l’Amérique Centrale. A lui tout seul, il comptabilise un peu plus de 200 volcans, dont certains sont encore actifs. Certains avec cratère, d’autres sans. Un paradis pour les amateurs d’aventures.


Carnet de voyage El Salvador. Crédit photo: Aurélie Resch
Carnet de voyage El Salvador. Crédit photo: Aurélie Resch

L’ascension du volcan Ilamatepec (le plus haut volcan du pays qui culmine à 2380m) offre un panorama splendide sur la nature environnante, le célèbre volcan Izalco et le Cerro Verde. Arrivé au sommet on peut admirer (dans les vapeurs de soufre) un petit lac vert blotti en son sein. Le grand lac Coatepeque, qui repose au fond d’un autre cratère est tout simplement sublime et on peut l’admirer depuis le restaurant Vista Lago sur ses bords. Des villas sont construites sur son bord pour permetre aux heureux propriétaires de jouir d’une vue sans pareille sur les eaux turquoise.

Une promenade peu exigeante sur les bords du volcan El Boqueron permet d’admirer l’intérieur du cratère où la nature semble avoir repris ses droits et repoussé. Le musée sur site nous apprend aussi les formations géologiques qui façonnent le pays tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Un paradis pour le bird-watching. Crédit photo Pixabay

Un paradis des oiseaux
Le torogoz est l’oiseau national du Salvador. Le pays abrite de nombreuses espèces et c’est un pur bonheur que d’écouter leur chant en déambulant dans le parc Bicentenario, à la capitale. Lors de votre visite au Salvador, les opportunités d’observer les oiseaux seront nombreuses alors que vous vous promènerez en forêt, vous assiérez sur une place de village ou irez au bord d’un lac. Protégés, les oiseaux n’ont pas peur des humains et il est facile de les admirer dans leur habitat naturel et dans leur routine.


Carnet de voyage El Salvador. Crédit photo: Aurélie Resch
Carnet de voyage El Salvador. Crédit photo: Aurélie Resch

Une sortie en bateau au lever du soleil sur le lac Suchitlan par exemple, vous permettra d’observer aigrettes, hérons, flamands roses, petits rapaces et orioles… Si vous vous aventurez dans les mangroves de la Barra de Santiago, vous pourrez observer des oiseaux martin-pêcheur, des pics-verts, des ibis, des canards, des pluviers kildirs…

Il y a dans le ciel, sur les branches d’arbres ou les rives une foultitude de volatiles, qui, mêlés aux papillons colorés et aux libellules, confèrent grâce et poésie aux quatre coins du pays.


Carnet de voyage El Salvador. Crédit photo: Aurélie Resch

Des plages ivoire et noir pour le bonheur de tous
Si pour vous, vacances et dépaysement riment avec plage et palmier, alors le Salvador ne vous décevra pas. Les amateurs de glisse et de surf seront séduits par les grosses vagues de spots tels qu’El Zonte, El Tuncon ou Punta Roca.

Les amoureux de farniente devront faire le choix difficile entre une longue plage de sable noir ou une de sable blanc. Dans tous les cas, elles sont immenses, leur grain est fin, leur fréquentation plutôt basse et assez bien dispersée. Tout le sud du pays présente des endroits formidables pour se baigner, jouer, marcher et bronzer.

Moi, c’est près de La Libertad que j’ai laissé un peu de mon cœur. La température de l’eau qui descend rarement au-dessous de 27 degrés, les vagues seulement présentes pour me divertir, une ambiance nonchalante sous les cocotiers et des gens souriants m’ont conquise.

Je reviendrai une autre fois au Salvador pour faire du snorkeling à Los Cobanos (site classé RAMSAR pour ses coraux et la transparence des eaux) et pour y observer les baleines entre novembre et février.

Aurélie Resch

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour