23 avril, 2024
spot_img

Espagne: la bataille des trains devient un sujet politique

La France et en particulier la SNCF fait son possible pour barrer la route aux concurrents potentiels. Les grandes compagnies ferroviaires comme Trenitalia ou Renfe ont dû batailler pour avoir le droit de passage sur quelques lignes. Mais la SNCF fait payer le prix fort afin d’éviter une vraie concurrence. En Espagne, la SNCF sort le grand jeu et cela ne plaît pas à la classe politique.

OUIGO

La bataille entre le ministère des Transports et l’opérateur public français Ouigo sur les prix de leurs billets en Espagne se durcit

Ce lundi, le ministre des Transports, Óscar Puente, a ouvert la porte à une poursuite de l’entreprise française devant la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) pour « pratiques profondément déloyales ». Il l’a dit dans une interview sur Onda Cero .

Des mesures pour « protéger Renfe »

Le ministre des transports espagnols a répondu qu’il prendrait des mesures pour empêcher Ouigo de continuer à fausser la concurrence dans ce qui a été qualifié de dumping . “La première chose que j’ai faite a été de rendre publique des conversations avec le gouvernement français au cours desquelles, en plus de traiter de cette question, il a cherché également à résoudre le difficile problème. de l’entrée de Renfe sur les axes en France, où ils ont rencontré « toutes les difficultés du monde ».

« Il n’y a aucune comparaison dans les conditions dans lesquelles cet opérateur (Ouigo) est entré en Espagne avec celles que nous avons en France », a-t-il protesté. En outre, il a déclaré que lors d’une réunion avec “quelqu’un qui représentait l’entreprise française “, on lui a dit “avec une certaine réticence ” que “nous n’entrons pas en France parce que nous allons avec du matériel Talgo, qui doit être approuvé, etc.”.

RENFE

Renfe utilise du matériel français pour faciliter les agréments

 “Nous travaillons en France depuis un certain temps, et en fait nous sommes entrés en France avec du matériel français , avec les premiers Alstom que nous avons utilisés sur la ligne Madrid-Séville”, ce qui ne les a pas empêchés d’être obligés de les homologuer une nouvelle fois. . “Ce sont des conditions dans lesquelles il n’y a vraiment aucune forme de réciprocité “, a-t-il dénoncé.

Face à ce scénario, le ministre a allégué que différentes formules sont à l’étude pour éviter que cette situation ne se prolonge, y compris le recours à la CNMC . “Mon devoir en tant que ministre de ce pays est de protéger Renfe”, a-t-il déclaré, avant de rappeler que Renfe est l’entreprise qui assure le service dans les couloirs où tout le monde ne veut pas entrer . « On parle beaucoup du train pour l’Estrémadure, du train pour la Galice, vous ne verrez pas ces compagnies entrer là-bas, parce que ce n’est pas rentable . Celui qui assure le service dans ces corridors est Renfe », a-t-il souligné.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour