16 juillet, 2024
spot_img

Grèce: l’entrée à l’Acropole et autres sites archéologiques sera plus chère en 2025

La Grèce devrait augmenter en 2025 le prix des billets d’entrée à l’Acropole, son monument antique le plus populaire, a annoncé le ministre de la Culture.

Lina Mendoni a déclaré à la radio que le prix des billets d’entrée à l’Acropole sera porté à 30 euros. Ils coûtent actuellement 20 euros et 10 euros pendant les mois d’hiver hors saison. Le changement entrera en vigueur à partir du 1er avril 2025, a-t-elle déclaré. Le 19 décembre, le conseil archéologique national a approuvé à l’unanimité une augmentation générale du prix des billets dans les quelque 350 sites archéologiques et musées du pays .

Pourquoi la Grèce augmente le prix d’entrée à l’Acropole

Le Conseil a indiqué dans un communiqué que les dernières augmentations avaient été effectuées il y a cinq ans et que les tarifs actuels étaient « trop bas par rapport à la moyenne européenne ». Les visiteurs de l’UE âgés de 25 ans et moins peuvent toujours entrer gratuitement, tout comme les visiteurs non européens âgés de 18 ans et moins, a-t-il précisé.

Des visites privées seront toujours possibles et assez chères

Le conseil municipal a également annoncé que des visites privées de l’Acropole seraient également proposées aux groupes de cinq personnes maximum, avant et après les heures de visite générales. Selon les informations, ce service coûterait 5 000 euros. L’Acropole est le site archéologique le plus populaire de Grèce, avec plus de trois millions de visiteurs l’année dernière.

La gestion privée des musées et sites toujours envisagée?

Le gouvernement conservateur grec a été critiqué pour avoir cherché à accroître la gestion privée des musées et des sites antiques du pays, principalement gérés par l’État, qui ont rapporté l’an dernier plus de 121 millions d’euros. Le 19 décembre, les gardes de l’Acropole ont organisé une grève d’une journée pour protester contre le projet de confier le contrôle des billets à des entreprises privées.

Les archéologues grecs ne veulent plus prêter les œuvres aux musées étrangers

En février, le gouvernement a adopté une nouvelle loi autorisant l’exposition d’antiquités rares à l’étranger. Les archéologues mettent en garde contre une éventuelle « exportation » à long terme de ces objets. Cette mesure permet à cinq des plus grands musées du pays, qui détiennent certains des objets antiques les plus convoités, de créer des filiales hors de Grèce. Cette mesure intervient alors que le gouvernement grec est engagé dans des négociations avec le British Museum sur la possible restitution des marbres du Parthénon après des décennies de querelles entre Athènes et Londres.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour