15 juillet, 2024
spot_img

Booking.com n’est pas heureux de supprimer les clauses de meilleurs prix avec les hôteliers

Booking.com doit désormais supprimer les clauses de meilleur prix dans ses contrats hôteliers dans l’Espace économique européen, comme l’exige le Digital Markets Act (DMA). Booking.com a informé ses partenaires hôteliers en Europe de la suppression des clauses de parité tarifaire dans ses contrats. Cette action est conforme à l’article 5, paragraphe 3, du DMA, qui interdit aux plateformes désignées comme contrôleurs d’accès d’empêcher leurs utilisateurs commerciaux de proposer leurs services ou produits à des conditions plus favorables via d’autres plateformes intermédiaires ou leurs propres canaux de vente en ligne. 

Est-ce que cela va réduire la dépendance des petites unités hôtelières

Cette législation vise à réduire la dépendance des petits fournisseurs à l’égard des plateformes dominantes dans l’Union européenne. Booking.com a été officiellement désigné comme contrôleur d’accès par la Commission européenne. L’entreprise dispose de six mois jusqu’à la mi-novembre 2024 pour ajuster ses pratiques commerciales afin de répondre aux exigences du Digital Markets Act (DMA). 

Booking.com

Des sanctions en cas de non respect

Il est important de noter que le non-respect de ces réglementations pourrait entraîner des sanctions financières importantes, allant jusqu’à dix pour cent du chiffre d’affaires annuel mondial de l’entreprise et jusqu’à 20 pour cent en cas de violations répétées. Cela souligne la gravité de la situation et la nécessité d’agir rapidement. 

Les clauses de meilleur prix, illégales en Allemagne depuis une décision historique de l’Office fédéral des cartels en 2015 et confirmées par la Cour fédérale de justice en 2021, sont controversées dans d’autres États membres de l’UE. 

Jusqu’à récemment, ces clauses contractuelles étaient couramment utilisées dans des pays comme l’Irlande, la Pologne, la Suède, l’Espagne, etc. Cependant, le paysage juridique évolue et toutes les parties doivent être conscientes de ces évolutions. La législation au plus haut niveau européen se développe parallèlement à la mise en œuvre des obligations du DMA. 

Depuis mi-2020, de nombreux hôtels européens et Booking.com sont en conflit. 

Les hôtels demandent des dommages-intérêts pour violation du droit européen de la concurrence en raison de l’utilisation par Booking.com des clauses de meilleur prix. La procédure a été suspendue au printemps 2023 pour soumettre deux questions à la CJCE. L’une des questions est de savoir si les clauses de meilleur prix sont des accords contractuels accessoires nécessaires dans la relation contractuelle entre Booking.com et les hôtels. Booking.com a affirmé que ces clauses étaient nécessaires pour empêcher les comportements hôteliers « non dignes de confiance », tels que le « free riding ». Cependant, la Cour fédérale de justice a rejeté ces arguments en 2021, déclarant les clauses anticoncurrentielles et soulignant l’importante part de marché de Booking.com sur les portails de réservation d’hôtels. 

Dans ses conclusions finales du 6 juin, l’avocat général Collins a essentiellement confirmé cette position et déclaré qu’il est peu probable que les clauses soient essentielles à l’objet du contrat et pourraient donc violer le droit européen de la concurrence. Une décision finale de la CJCE est attendue dans quelques mois. 
En retirant les clauses de meilleur prix dans toute l’Europe avant la fin de la période de mise en œuvre, le 12 novembre 2024, Booking.com voudra peut-être éviter de nouveaux gros titres négatifs sur ses pratiques commerciales déloyales de longue date.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour