Catégories
Tour-Opérateurs - Distributeurs Pros du tourisme

“L’été pourri des voyagistes”

L’été pourri des voyagistes : le titre du journal financier Les Echos

Les Echos du 3 Août ont évoqué les tendances chez les voyagistes. La situation est plutôt maussade sauf pour les sociétés de locations de vacances et les clubs en France. Par voie de ricochet, les agences sont également fortement impactées.

Chez Exotisme

Comme, il est indiqué dans l’article, Exotisme, qui a repris son activité le 11 juillet, observe que « Guadeloupe et Martinique fonctionnent plutôt pas mal, compte tenu du retard consécutif au confinement. Gilbert Cisneros, le patron, précise : « Nous sommes à 50 % de l’an dernier, mais la tendance s’améliore avec les ventes de dernière minute ».

Chez Bravo Club

Nous avions déjà indiqué que Bravo Club avait décidé de ne pas ouvrir de clubs cet été. Patrice Caradec indique : « Nous avons préféré nous préparer pour l’hiver prochain. Nos confrères qui travaillent ont du mal. C’est une galère avec l’aérien. Et il y a un manque de visibilité terrible. Nous espérons pou-voir ouvrir en octobre ».

Chez NG Travel

Olivier Kervella indique, de son côté : « nous avons décidé d’ouvrir 17 clubs cet été, 1 en France, 1 au Portugal, 4 en Italie, 5 en Espagne et 6 en Grèce, alors que nous en avions 62 il y a un an. Ils devraient nous permettre de faire à peu près 20 % du chiffre d’affaires de l’été dernier. ». Pour rappel NG Travel c’est : Kappa, Coralia, Directours, Kappa et Nosylis

Chez Belambra … c’est plutôt la joie

Nous avions interrogé Matthieu Pihery, le patron marketing de Belambra, et on percevait déjà la montée en puissance des demandes de réservation. Selon, ce qu’indique l’article des Echos, Belambra constate avoir recruté « beaucoup de nouveaux clients ».

Pierre et Vacances – Center Parcs s’en tire bien

Le leader du secteur, Groupe Pierre et Vacances-Center Parcs, a vu ce phénomène de rattrapage de l’activité s’amplifier pour sa marque Pierre & Vacances : le portefeuille de réservations approche désormais près de 80 % du chiffre d’affaires budgété pour la période juillet- septembre, à comparer à un taux de 70 % communiqué le 16 juillet

Evaneos, les réceptifs en directs avec les clients

Le journal des Echos interrogeaient, Eric La Bonnardière qui indiquait : « L’activité est très basse, dans un rapport de 1 à 10 par rapport à l’an dernier. Nous sommes très dépendants du long courrier et l’incertitude fait que les gens ne se projettent pas. Les réservations sont négligeables sur Noël et sur 2021 ». Evaneos, pour la première fois de sa jeune histoire, voit ses chiffres s’effondrer après avoir franchi, l’an dernier, la barre des 500.000 clients en cumul à l’occasion de son dixième anniversaire.

Le mot de la fin pour Alain Capestan de Voyageurs du Monde

« Après cet été pourri, la profession espère une « vraie reprise » en 2021, à condition, souligne Alain Capestan, un des directeurs de Voyageurs du Monde, que « les pays longs courriers rouvrent ». Pour l’heure, il relève que le mécanisme de report des départs, décidé par les pouvoirs publics, fonctionne « très bien. » Ce qui, à défaut de départs et donc de chiffre d’affaires en 2020, « nous assure un carnet de commandes élevé pour 2021 », observe-t-il.

Le chômage partiel, les PGE et les reports de charges …

Les dispositifs mis en place par les pouvoirs publics qui viennent d’être prolongés de septembre à décembre, devraient permettre à la plupart des opérateurs de sortir indemnes de cette période de grosse tempête… On le souhaite vraiment.

D’ailleurs, on attend tous de les voir s’exprimer, comme les agents de voyages,  lors du prochain salon IFTM-TopResa en Novembre.

fb-share-icon Tweet

Une réponse sur « “L’été pourri des voyagistes” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.