Catégories
Événement Sanitaire Financier

Covid-19 : les biotechs françaises avancent mais elles ont besoin d’argent

Nous avons publié récemment un article sur L’Institut Pasteur (ICI). Le secteur du tourisme se doit d’évoquer les difficultés et surtout les avancées des entreprises, notamment en France. Quand cette pandémie sera vaincue, le tourisme pourra enfin reprendre. Nous y croyons fermement. Des éléments de ce sujet sont parus dans le journal des Echos (dont l’auteur est Enrique Moreira). Il évoque le travail qu’effectue les sociétés de biotechnologies françaises. Celles-ci vont améliorer le travail extraordinaire des scientifiques au service de grands laboratoires.

Les biotechs françaises ne se laissent pas impressionner par les critiques actuelles

Tout comme l’Institut Pasteur, France Biotech, l’association des entreprises innovantes en santé veut informer sur les solutions développées par les entreprises de la « healthtech » en réponse à la crise sanitaire ». Il s’agit aussi bien de candidats vaccins, de traitements contre les formes graves de la maladie ou d’outils de diagnostics.

Les britannique ont passé une précommande à une société franco-autrichienne

Valvena, basée à Saint Herblain près de Nantes, développe un candidat vaccin contre le coronavirus, pour lequel le gouvernement britannique a déjà passé une précommande d’au moins 100 millions de doses, pour 470 millions d’euros. Les vaccins seront fabriqués en Ecosse !  L’Union européenne a été bien moins réactive puisqu’elle attendue le 12 janvier, pour engager des discussions avec Valneva. L’Europe envisage la commande d’un maximum de 60 millions de doses. Pourquoi la France n’a pas soutenu cette biotech ?

Pourquoi les laboratoires français ont du retard ?

« Là où les laboratoires américains, allemands et anglosuédois visent pour la plupart la fameuse protéine « Spike », présente à la surface du virus, nombre des biotechs françaises a fait le choix de viser des structures à l’intérieur du SARS-Cov 2. Une stratégie plus difficile à mettre en œuvre mais qui doit permettre une immunité plus globale et plus durable. En effet, ces structures internes au virus mutent moins que la protéine « S ». Ces vaccins de deuxième génération pourraient ainsi être plus efficaces contre les variants déjà existants mais également ceux à venir. Au-delà de la technologie, le retard des biotechs françaises s’explique aussi par la difficulté à trouver des financements suffisants pour développer leurs traitements.

Les fonds publics sont trop petits et les investisseurs frileux

Certaines ont pu bénéficier du soutien de bpifrance ou de la Banque européenne d’investissement, mais « ces jeunes entreprises doivent toujours solliciter elles-mêmes les autorités françaises et européennes », rappelle Franck Mouthon, le président de France Biotech. Surtout, ces fonds publics sont généralement trop petits, quelques dizaines de millions d’euros tout au plus. D’autres pays sont bien plus généreux ! Par ailleurs, les fonds d’investissement manquent aussi à l’appel pour aider ces entreprises.

L’Europe a prévu de créer un fonds équivalent aux américains

La présidente de la Commission n’a pour l’instant fixé ni calendrier, ni budget pour la nouvelle agence européenne. Outre-Atlantique, la « Biomedical advanced research and development authority » (BARDA) est depuis le début de l’année à la pointe dans la course aux vaccins contre le Covid-19. Créée en 2006, l’agence fédérale dépend du ministère de la Santé. Son rôle est de s’assurer de la disponibilité en quantité suffisante de médicaments pour affronter une crise sanitaire majeure, similaire à la pandémie de Covid-19 ou une attaque biologique comme celle de l’Anthrax en 2001 aux Etats-Unis.

Les grands laboratoires ont été soutenus par la BARDA américaine

La BARDA a accepté de donner jusqu’à 483 millions de dollars à Moderna pour accélérer le développement de son candidat vaccin. D’autres laboratoires ont obtenu d’importants investissements. Si l’Europe avait pu financer en amont des innovations thérapeutiques, nous aurions eu également quelques champions aujourd’hui.

Ne désespérons pas, cela va venir ! Continuons de soutenir la recherche !

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *