22 mai, 2024
spot_img

LVMH : quand le plus grand groupe de marques de luxe se lance dans l’upcycling

Même en période de pandémie, il ne faut pas baisser les bras. Les plateformes qui vous permettent de revendre vos vêtements ou vos bouquins sont nombreuses. On n’a malheureusement pas réussi à revendre nos vieux voyages … ils se périment … comme les produits frais ! Par contre, nous gardons tous de formidables souvenirs de voyages. Cela n’a pas de prix !

Connaissiez-vous le terme upcycling ?

Pour être honnête, on ne connaissait pas. On devient dingue avec tous ces termes anglophones. Ce n’est bien sûr pas nouveau ! Nous devrions nous en prendre à l’Académie Française ou à nous-mêmes. Nous sommes envahis par des produits qui ne sont (malheureusement plus de chez nous) et la globalisation n’a pas encore trouver de fin. Avez-vous un smartphone ? Quel est votre password ? On peut se faire un Zoom ? Quel est votre e-mail ? Combien avez-vous de followers ? Vous ajoutez des hashtags à vos publications ? J’ai mis mes photos dans le cloud. Regardez-vous les films en streaming ? On regardera le podcast !  J’ai envoyé un tweet ! Avez-vous le bon plug-in ? Je vous inscris au e-learning ?

Mais au fait et l’upcycling ?

L’upcycling dont la traduction en français donne surcyclage ou encore upcyclage, signifie littéralement « recycler par le haut ». Il s’agit d’une sorte de super recyclage qui émerge comme une grande tendance du moment. « L’upcycling is the new recyclage ». Ou comment faire du neuf avec du vieux, mais avec un gain de qualité et une plus-value pour le produit final.

Donc Louis Vuitton se met également au upcycling…

LVMH lance une place de marché en ligne (une marketplace pour ceux qui ne comprendrait pas) pour le tissu et le cuir non utilisés.

Cette initiative est une bonne nouvelle pour les créateurs qui utilisent des tissus mis au rebut, connus sous le nom de « deadstock », comme alternative bon marché aux matériaux de haute qualité pour les collections. Allez faire un tour sur https://www.therealreal.com/

Promouvoir l’économie circulaire

Un groupe aussi renommé que LVMH peut sûrement contribuer grandement à aider l’industrie à devenir circulaire et durable. Le groupe étudierait également la possibilité d’interdire aux marques de brûler ou de jeter les vêtements invendus – ce qui obligerait davantage de marques à envisager l’upcycling

Pourquoi la mode circulaire pourrait sauver la planète

Le tissu non utilisé coûterait à l’industrie 120 milliards de dollars par an, selon Queen of Raw. Stephanie Benedetto, cofondatrice de Queen of Raw indique « Depuis si longtemps, ce gaspillage et cet inventaire inutilisé sont en cours et personne n’y prête attention » … « Cela n’a pas de sens pour les gens et la planète, mais cela n’a certainement pas de sens pour le profit. »

La société Bathô produit du upcycling

Vu sur le site : https://leshorizons.net/ : Bathô redonne vie aux bateaux des années 60 à 80, destinés à la décharge ou à l’incinération, en les transformant en habitations originales sur la terre ferme. Une filière d’upcycling inédite en France.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour