25 mai, 2024
spot_img

Pierre & Vacances : le plan de sauvetage se précise

Le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs (PVCP) peut désormais compter sur un nouveau financement de 300 millions d’euros, mais pas à n’importe quel prix. L’entreprise de Gérard Brémond doit trouver rapidement de nouveaux actionnaires mais l’affaire ne sera pas aisée.

PVCP met en garantie Center Parcs

Le groupe vient de signer avec certains partenaires financiers dont plusieurs banques françaises d’une offre en vue d’obtenir un nouveau financement d’un maximum de 300 millions d’euros avec une contrepartie. Il s’agit de la mise en garantie de Center Parcs. L’opérateur pourra continuer d’opérer les complexes, mais ne pourra plus les céder sans accord des prêteurs. L’accord devrait être finalisé d’ici le mois de Septembre.

Un apport qui permet au groupe de respirer

« Cette offre se décline en deux tranches. La première, d’une valeur de 175 millions, sera mise à la disposition de PVCP début juin au plus tard. La seconde, d’un montant de 125 millions, dont 34,5 millions de prêt garanti par l’État (PGE), pourra être débloquée si besoin, en octobre 2021 au plus tard ». « Sans ce soutien financier, le groupe aurait été placé en procédure de sauvegarde ou en faillite », résume un proche du groupe.

Besoins de fonds propres via de nouveaux actionnaires

Pour l’injection de fonds propres et l’arrivée de nouveaux actionnaires, un accord est envisagé « au plus tard » début 2022. Il s’agira d’apporter au moins 300 millions de manière à rembourser les prêteurs. S’y ajouteraient des fonds pour le développement de l’entreprise.

Franck Gervais

Un nouveau plan stratégique

Franck Gervais, arrivé à la direction générale de PVCP le 1er janvier 2021, doit présenter un nouveau plan stratégique, baptisé « Re-Invention », concocté avec le cabinet de conseils Advancy. Cet automne, PVCP, toujours contrôlée par son fondateur Gérard Brémond, via sa holding SITI (49,4 % du capital et plus de 50 % des droits de vote), espère boucler sa recapitalisation avec l’arrivée d’un ou de plusieurs nouveaux investisseurs.

Plusieurs problèmes à régler

Pierre & Vacances avait interrompu le versement des loyers aux 18 000 propriétaires d’appartements, dont il avait assuré la vente et qu’il gère en leur nom dans ses résidences de tourisme. La procédure de conciliation avec les propriétaires, ouverte début février pour une période de quatre mois, renouvelable, se poursuit sous l’égide du tribunal de commerce de Paris.

Par ailleurs, un expert a indiqué : « Un tiers est à rafraîchir, un tiers à oublier tant il a mal vieilli et seulement un tiers est aux standards modernes »

L’autre problème reste la dette que supporte le groupe : 330,6 millions, contre 131 millions à la fin de l’exercice 2018-2019.

Des actifs notables

Pour plusieurs analystes, la pépite du groupe, c’est Center Parcs, qui est très rentable. Mais aujourd’hui, il permet au groupe d’obtenir un financement et ne peut le vendre. Le second actif à potentiel, c’est Adagio, spécialisé dans les résidences urbaines. Il s’agit d’une filiale à 50/50 avec le groupe Accor.

Il y aura sûrement quelques surprises dans les prochains mois.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour