14 juin, 2024
spot_img

Que fais-tu ? … à quoi rêves-tu ?

Dernière semaine pour cette rubrique où de nombreux professionnels ont pu s’exprimer librement et pas seulement les « stars ».

Aujourd’hui, c’est Alexandre Manez qui travaille dans un point de vente Leclerc Voyages ! Il parle lui-même de son parcours : après un BAC L, je suis parti en BTS Ventes et Productions Touristiques. J’ai eu la chance de pouvoir travailler pendant les vacances scolaires de toute la période de mon BTS pour le Tour Opérateur Escapades, basé à Aulnoy lez Valenciennes dans le nord. C’est un TO plus axé sur les voyages en autocar en Europe au départ de la région. J’y travaillais à la réservation, en contact avec les agences de voyages. A la fin de mon BTS, j’ai intégré ce tour opérateur dans le cadre d’une licence en alternance ” Gestion Touristique et Hôtelière“. Pendant cette année, j’étais toujours à la réservation, à la réalisation des Dossiers de Voyage pour les guides et chauffeurs, mais j’ai également eu la chance d’accompagner des séjours et circuits à travers l’Autriche et l’Italie, en tant que guide. Cela a été une formidable expérience. Ma licence en poche, j’ai décidé de prendre une année, pour réaliser quelque chose de fou avant d’entamer ma carrière professionnelle. Je suis donc parti un an en Australie, où j’ai travaillé et vécu à Sydney, dans plusieurs maroquineries de luxe. A mon retour, j’ai une amie qui m’a donné un tuyau sur un remplacement de congés maternité chez Leclerc Voyages Saint Amand les Eaux, chez qui j’avais donné un coup de main quelques années auparavant en tant que stagiaire pour un salon. Une place s’est ensuite libérée chez Leclerc Voyages Seclin, en CDI, où je suis depuis cette période.

– quelles sont tes activités actuelles aussi bien personnelles que professionnelles ?

Alors, mes activités actuelles … C’est tout un programme ! Pas exactement celui que je préfère, mais cela reste un programme. Avec l’annonce des “mesures de freinage” du mois dernier, mon agence a dû une nouvelle fois fermer ses portes, à mon grand regret. Nous sommes une équipe de 4 personnes, le responsable et trois agents ; la direction a décidé de nous mettre au chômage partiel jusqu’à la réouverture des commerces non essentiels. Je profite de ce moment pour d’ailleurs saluer le courage et la détermination de mon responsable, Cédric, qui gère, seul, à l’agence en ce moment et qui a été le pilier pour l’équipe depuis le début de cette crise. Vous comprendrez donc que mon activité professionnelle est malheureusement inexistante en ce moment. J’ai la chance d’avoir quelques clients fidèles qui prennent de mes nouvelles, sur les réseaux, et qui nous précise faire les réservations sur le site marchand de l’agence en attendant notre retour, cela fait chaud au cœur.

Je me retrouve donc avec une masse de temps libre, comme je n’en avais jamais eu. Le gros problème, c’est que la vie d’Homme d’intérieur, et bien, cela va bien 5 minutes ! Alors oui, en ce moment j’ai une maison témoin, tout est rangé, immaculé, le panier de linge sale n’est jamais rempli et la montagne de linge à repasser n’existe plus (ça c’est cool !), je teste des recettes, je lis, je jardine (du moins j’essaye…), je dépanne famille amis pour une garde d’enfant. Une vraie petite « Bree Van de Camp » (Desperate Housewives forever), l’abus de Chardonnay en moins 😉

L’équipe de l’agence Leclerc Voyages Seclin

– quelle sera ta prochaine destination quand les frontières rouvriront ?

2021 devait être l’année d’un voyage exceptionnel, celui de mes trente ans. Je voulais être marqué par un voyage pour passer ce cap de la trentaine (ceux qui me connaissent savent à quel point je déteste fêter mes anniversaires !). On en avait discuté avec mon compagnon, et c’est l’Afrique qui nous apparaissait comme une évidence pour ce voyage. Deux projets étaient sur la table 1- Namibie, Botswana, Zimbabwe ; 2- Afrique du Sud. Je pense donc que lorsque les frontières rouvriront, ces destinations seront une priorité pour mon compagnon et moi.

Alex en Egypte !

– à quoi ou à qui rêves-tu le plus fort ?

J’ai longtemps été un grand rêveur, je pense que l’âge rend plus pragmatique mais j’ai la chance d’avoir su conserver cette petite partie de rêve qui m’anime. Je rêve donc (ok, cela fait très discours “Miss de beauté” mais c’est vraiment ce que je ressens) à un monde meilleur. Lorsque je pense à un monde meilleur, je pense aux hommes et femmes qui le peuplent, à l’ouverture sur l’autre, au sens de l’accueil et de l’hospitalité, au respect des différences, à l’humilité devant la beauté de la nature… Un monde meilleur, c’est une idée vaste et il apparaît que toutes ces caractéristiques sont réalisables et font partie de l’ADN de chaque professionnel du tourisme. Vendeur de rêves, on nous appelle régulièrement comme cela, alors oui, les clients rêvent de leurs prochains voyages, mais à mon sens, nous rêvons aussi aux échanges qui vont opérer, à la découverte d’autres horizons et cultures, à la stupeur devant la nature que vont vivre nos clients et qui vont les faire évoluer et peut être déclencher une prise de conscience qui rendra notre monde un peu plus beau. Voilà pourquoi je rêve d’un monde meilleur, car je sais que c’est tout à fait réalisable et que nous professionnels du tourisme, on peut être un vecteur de la réalisation de ce rêve.

A découvrir dans la même catégorie..

4 Commentaires

  1. Bravo. Quelle interview ! 1 an en Australie mon rêve !! C’est pour ça que tu étais si à l’aise avec notre hôte le 1 er soir en Californie..
    Tu iras loin car tu restes humble aussi bien dans tes actes, gestes et paroles

  2. Quel beau parcours.. Souhaitons la reprise rapide de la vie professionnelle a ce jeune homme qui mérite vraiment de concrétiser son rêve d’Afrique Australe.. Il va tomber fou amoureux du Botswana et du delta de l’Okavango.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour