Catégories
Lifestyle Culture

Festival de Cannes 2021 : 14 films asiatiques à l’honneur

Si vous vous intéressez au cinéma, vous regarderez le palmarès du Festival de Cannes, en ce mois de Juillet 2021. Les amoureux de l’Asie seront comblés par le nombre de films qui auront été présentés. Les fans de films asiatiques sont déjà gâtés de pouvoir enfin découvrir des séries et des films en streaming, notamment sur Netflix, provenant de Corée, de Chine, de Thaïlande, Taiwan … Certains sont de vrais chefs-d’œuvre. Dans tous les cas, ils nous apprennent beaucoup sur la vie, la gastronomie, les paysages … et donnent l’envie de découvrir ou de retourner dans ces pays que nous aimons tant !

Nous vous communiquons une liste de films qu’il faudra suivre :

Memoria, Thaïlande

Memoria est le premier film thaïlandais en 11 ans à faire partie de la programmation cannoise. Dirigé par le célèbre réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul qui a déjà honoré la scène cannoise lorsqu’il a remporté la prestigieuse Palme d’or pour « Uncle Boonmee » qui peut se souvenir de ses vies antérieures en 2010. Son dernier film se déroule à Bogota, en Colombie, et met en vedette Tilda Swinton dans le rôle de Jessica, une Écossaise qui voyage à travers le pays. Après avoir été surprise par un son fort, elle fait tout son possible pour trouver d’où vient la source. Memoria est une coproduction internationale qui comprend plus de 10 sociétés de production de Colombie, de Thaïlande, de Chine et plus encore.

Drive my car, Japon

Ryusuke Hamaguchi est un réalisateur qui figure régulièrement dans la liste des “réalisateurs à surveiller”, après Asako I & II , qui a concouru pour la Palme d’Or en 2018. Wife of Spy a également remporté le Lion d’argent au film international de Venise. L’adaptation cinématographique de trois heures suit Yusuke Kafuku (Hidetoshi Nishijima), un acteur vieillissant et veuf qui a besoin d’un chauffeur. Il demande une recommandation à son mécanicien de référence et, à sa grande surprise, recommande une jeune fille de 20 ans comme chauffeur. Leurs premières impressions n’étaient pas agréables mais une relation spéciale se développe entre les deux.

Belle, Japan

Mamoru Hosada n’est pas un nouveau nom si vous êtes un fan de films d’animation, mais il est souvent éclipsé par ses pairs. Son dernier long métrage d’animation, Belle marque son retour à Cannes après Mirai en 2018. C’est aussi sa première entrée en sélection officielle. Belle est le troisième film d’animation cette année, en plus de Where is Anne Frank et The Summit of the Gods. Belle parle d’une adolescente peu sûre d’elle, Suzu qui vit avec son père dans une petite ville près des montagnes, dans le monde réel. Dans le monde virtuel appelé U, Suzu vit comme Belle, une icône musicale aimée par plus de cinq milliards de personnes. Hosada a déclaré que Belle est “le film que j’ai toujours rêvé de créer” dans une interview avec Deadline.

In front of your face, Corée du Sud

Un visage familier revient à Cannes. Hong Sang-soo fait sa 11e entrée au festival du film avec son 26e film, In Front Of Your Face. Le nouveau film parle d’une ancienne actrice qui cache un secret. Elle retourne à Séoul pour vivre avec sa sœur. Là, elle rencontre un réalisateur dans l’espoir de reprendre le métier d’actrice.

Emergency Declaration, Corée du Sud

Le film de Song Kang-ho, membre du jury cannois, Emergency Declaration est l’un des projets Hors Compétition cette année. Le film du cinéaste talentueux possède un casting de stars dirigé par Song, Jeon Do-yeon (qui a remporté le prix de la meilleure actrice à Cannes pour Secret Sunshine ) et Lee Byung-hun (qui a joué dans divers films hollywoodiens).

La déclaration d’urgence est basée sur une véritable catastrophe aérienne lorsqu’un avion a dû effectuer un atterrissage d’urgence avant d’atteindre sa destination lorsqu’une erreur sans précédent se produit en plein vol. Le film peut faire sourciller, car comparé à la multitude habituelle de films d’art et d’essai du festival, celui-ci s’adresse davantage à ceux qui recherchent un frisson supplémentaire.

Ripples of Life, Chine

Ripples of Life est la troisième apparition à Cannes du réalisateur chinois Wei Shujun après son premier film, Striding Into The Wind , qui figurait dans la sélection officielle l’année dernière bien qu’il n’ait pas été officiellement projeté depuis l’annulation du festival en raison de la pandémie .

Cette entrée de la Quinzaine des réalisateurs est centrée sur une équipe qui tourne un film dans la ville reculée de Yongan. La production est entravée par un conflit sans fin entre le réalisateur et l’écrivain. La star, qui a emmené l’équipage dans sa ville natale reculée, tente de redécouvrir l’endroit où elle a grandi.

Streetwise, Chine

Streetwise, également connu sous le nom de Gaey Wa’r, est le premier long métrage de Na Jiazuo, après une série de courts métrages. Situé au début des années 200, le film se penche sur la vie et les luttes des jeunes chinois qui ont choisi de rester dans les villes les moins développées du pays. Mettre l’accent sur Dongzi, 21 ans, qui, pour payer les factures médicales de son père, devient le garçon de courses d’un agent de recouvrement.

Le réalisateur Na Jiazuo a déclaré à propos du film : “La vie dans la rue peut être difficile. Mais cela peut aussi être un tremplin vers l’univers”. Le film devrait également contraster les paysages urbains avec des collines et des rivières verdoyantes.

I’m so sorry, Chine

I’m So Sorry de l’artiste Zhao Liang est un documentaire puissant qui montre les risques de l’énergie nucléaire. Le documentaire fera partie du « Cinéma pour le climat » de Cannes, une section spéciale de films ayant un thème environnemental. Cela marque également le premier projet international de Zhao alors que nous le voyons visiter des centrales nucléaires au Japon, en Ukraine, en Allemagne et bien d’autres.

Moneyboys, Taiwan

Film de production entre l’Autriche, la France, la Belgique et Taïwan, Moneyboys est le premier long métrage de CB Yi. Il suit Fei (Kai Ko) qui gagne sa vie en tant que “Moneyboy” ou arnaqueur de rue, afin de subvenir aux besoins de sa famille. Il se rend vite compte que sa famille acceptera son argent, même s’il est gagné par des moyens illégaux, mais pas son homosexualité. Il forme un lien avec Long et trouve une nouvelle vie jusqu’à ce que son premier amour, Xiaolai apparaisse et évoque les démons de son passé.

Pour son premier film, Yi s’est associé au directeur de la photographie Jean-Louis Vialard qui a travaillé sur Tropical Malady (2004) de Weerasethakul . Moneyboys fait partie de la section Un Certain Regard du festival.

Are You Lonesome Tonight, Chine

Un autre premier long métrage qui ornera la scène cannoise cette année est Are You Lonesome Tonight de Wen Shipei . Ce thriller envoûtant tourne autour de Xueming, qui fuit la scène lorsque sa voiture heurte un piéton. Incapable de se débarrasser de ses sentiments de culpabilité, il décide de rencontrer la femme du défunt, M. Liang. Mais quand le corps est découvert, il est criblé de balles et le détective en charge devient obsédé par l’affaire. Les trois d’entre eux s’empêtrent dans un réseau de souvenirs et de mensonges tout en cherchant la vérité.

A Hero, Iran

Deux fois Oscar, Asghar Farhadi revient à Cannes avec un héros. Le travail du réalisateur iranien acclamé par la critique a été salué pour sa représentation intime des conflits familiaux et A Hero suit cet héritage. Le film parle de Rahim, un homme en prison parce qu’il n’était pas en mesure de payer une dette. Pendant ses deux jours de congé, il tente de convaincre son créancier de retirer la plainte. Mais les choses ne se sont pas passées comme Rahim l’avait espéré.

Le film de Farhadi en 2016, The Salesman a remporté la Palme d’or et le meilleur scénario. Il est l’un des rares réalisateurs au monde à avoir remporté deux fois le prix du meilleur film en langue étrangère (maintenant renommé meilleur film international) pour Une séparation (2011) et The Salesman .

Hit The Road, Iran

Panah Panahi, le fils du célèbre réalisateur iranien Jafar Panahi, souvent présent à Cannes, et son premier long métrage, Hit The Road, fait partie de la programmation de la Quinzaine des réalisateurs de Cannes. Le film en langue farsi parle d’une famille iranienne qui se prépare à se séparer.

Ils partent en road trip à travers un paysage accidenté : le père avec sa jambe cassée, la mère essayant de retenir ses larmes et le gamin chantant mais tout le monde s’affaire pour leur chien malade. Parmi tout le chaos, le mystérieux frère aîné est silencieux. Le film d’anthologie de Jafar Panahi « L’année de l’orage éternel » , dont il a réalisé une partie, fera également partie de la programmation de cette année.

Invisible Demons, Inde

Ce documentaire de 70 minutes marque les débuts cannois de Rahul Jain dans le cadre de la section « Cinéma pour le climat ». Invisible Demons se penche sur l’impact du changement climatique, du réchauffement climatique et de la pollution sur la vie des habitants de New Delhi. Le film a été écrit en 100 jours en 2018 et a également été tourné en 100 jours l’année suivante.

Ces débuts cannois marquent également la première fois que le cinéaste montant fait partie d’un festival international. Il est définitivement à surveiller.

Rehana Maryam Noor, Bangladesh

Rehana Maryam Noor entre déjà dans l’histoire : c’est le premier film du Bangladesh à faire partie du prestigieux festival du film. Thriller psychologique, il suit Rehana (Azmeri Haque Badhon), professeur assistant dans une faculté de médecine. Elle essaie de concilier travail et vie de mère célibataire tout en s’occupant de son frère et de sa mère malade. Elle apprend plus tard qu’un professeur a agressé l’un des étudiants de son université et tente d’obtenir justice.

Le film puissant du réalisateur Abdullah Mohammad Saad montre à quel point le sexisme est répandu et flagrant dans l’université de médecine où travaille Rehana.

fb-share-icon Tweet

Une réponse sur « Festival de Cannes 2021 : 14 films asiatiques à l’honneur »

Le cinéma asiatique est bien représenté dans la plamrès 2021…
Grand prix pour Asghar faradi , Scénario pour My car, grand prix du jury pour la Thaïlande avec Memora et grand prix du court métrage pour Tang Yi pour tous les corbeaux…un cocorico pour la palme d’or française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *