19 juillet, 2024
spot_img

Voyages d’affaires :  assisterons-nous à une baisse permanente de ce marché si important ?

Les analyses prospectives sont parfois trompeuses. Si nous regardons l’état du « business travel » aujourd’hui, il est évident que l’activité est fortement touchée. De nombreuses destinations sont encore fermées ou soumises à de nombreuses restrictions. Certaines études évoquent une baisse permanente. D’autres estiment que l’activité du voyage d’affaires reviendra mais cela prendra beaucoup de temps.

Les allemands prévoient une baisse qui sera permanente

Selon une analyse de l’association allemande des voyages d’affaires (VDR), 80% des grandes entreprises et 72% des plus petites ont déclaré qu’elles prévoyaient une réduction permanente des voyages d’affaires. Le VDR s’attend à une diminution de l’activité de voyage d’environ 30 % par rapport au niveau d’avant la crise.

Le train pourrait être le gagnant sur le territoire national

Dans le secteur public, selon le VDR, 81% des personnes impliquées souhaitent dépenser moins d’argent pour des réunions personnelles lors de voyages d’affaires à l’avenir. Selon l’analyse, le train pourrait devenir un gagnant de crise à long terme. 73% des entreprises interrogées ont déclaré au VDR qu’elles étaient passées de l’avion au train pour des voyages d’affaires en Allemagne. Un autre 13% prévoient de le faire à l’avenir.

Niklas Andreen

Pour CWT : les perspectives pour un retour rapide sont minces

Niklas Andreen, President, Traveler Experience & Customer at CWT, sait que les perspectives sont minces pour un retour rapide aux niveaux d’avant la pandémie pour le secteur des voyages d’affaires. Alors que 58% des personnes interrogées par CWT se disent désireuses de reprendre les voyagesd’affaires, les réservations ne se rétablissent que progressivement, avec 80% des voyages nationaux maintenant, contre 67% avant la pandémie en 2019. « Cela va prendre plusieurs années avant que nous soyons de retour », a déclaré Niklas Andreen.

Les compagnies aériennes veulent y croire

Avant la pandémie, les compagnies aériennes tiraient l’essentiel de leurs bénéfices grâce aux voyages d’affaires. Les entreprises étaient plus susceptibles de réserver à court terme et étaient prêtes à payer plus pour des horaires qui leur conviennent. Les dépenses américaines en voyages d’affaires ne devraient atteindre que 25 % à 35 % des niveaux de 2019 d’ici le quatrième trimestre 2021, et 65 % à 80 % un an plus tard, selon une enquête de Deloitte menée auprès de 150 gestionnaires de voyages. « Alors que les entreprises regardent vers l’avenir, elles réfléchissent à la manière de conserver certaines des économies de coûts qu’elles ont réalisées », a déclaré Anthony Jackson, responsable de la pratique aéronautique américaine de Deloitte.

La responsabilité environnementale

Les entreprises cherchent également des moyens de réduire leur empreinte carbone. Environ la moitié des personnes interrogées dans une enquête Deloitte ont déclaré qu’elles prévoyaient d’ajuster leur politique de voyages d’affaires pour réduire leur impact environnemental au cours de la prochaine année. Cet aspect n’est pas à négliger.

Les labels RSE (responsabilité sociale et environnementale) sont trop nombreux

“Pour tenter de mettre de l’ordre dans cette offre inégale et surabondante de labels RSE, en France, la Plateforme RSE créée en 2012 par le gouvernement à la demande de partenaires sociaux, a remis en début d’année une série de recommandations en faveur de la robustesse et de la crédibilisation de ces labels.

L’experte en notation sociale et environnementale Geneviève Férone souhaiterait même que cette structuration se passe au niveau européen. Car aujourd’hui, il n’existe que peu ou pas de label RSE européen…

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour