Catégories
Aérien Travel Transport

CDG: mais, où sont passés mes bagages?

Une panne serait venue s’ajouter aux perturbations liées à la grève dans l’aéroport parisien. Pour un représentant syndical, il n’y a pas de solution pour les passagers lésés.Outre la grève dans les aéroports parisiens ce week-end débouchant sur l’annulation de dizaines de vols, ceux qui ont pu partir ont eu la mauvaise surprise à leur arrivée de ne pas trouver leurs bagages.

Des bagages définitivement perdus ?

Selon le représentant Force Ouvrière Aéroports de Paris, les passagers lésés risquent d’avoir du mal à récupérer leurs bagages en souffrance. « Honnêtement, ça va être extrêmement compliqué. On ne trouve pas de personnel au prix où on veut payer les gens. Donc il y a une grève plus une panne. Des bagages, il y en a des milliers qui sont perdus », indique-t-il ce samedi sur BFMTV.

50% des passagers partis

« Il faut savoir qu’à peu près 50% des gens partis hier sont partis sans leurs bagages ou avec le bagage de quelqu’un d’autre ce qui d’ailleurs est contraire aux règles de sécurité. Donc il y a probablement des bagages qui sont perdus définitivement. Et honnêtement, la solution dans l’immédiat, il n’y en a pas », souligne le responsable.

Que s’est-il donc passé à Roissy ?

L’aéroport a été victime de deux pannes techniques. Le système de tri a connu une première panne. Un incident a affecté le centre de tri de bagages au démarrage de l’exploitation. S’y est ajoutée une panne du système informatique qui a touché plusieurs compagnies aériennes en début de matinée, vendredi matin, précise le Figaro. Les avions ont décollé sans les bagages

Le chiffre de 20 000 bagages oubliés a été avancé

Mais il a été démenti par Aéroports de Paris. ADP dément là encore en assurant que la traçabilité des bagages est assurée et qu’ils devraient être livrés à leurs propriétaires d’ici trois ou quatre jours.

De vraies pénuries de personnels

Les syndicats de l’aéroport parisien expliquent que la panne technique n’a pas pu être corrigée « à la main » faute de personnel suffisant. « Les aéroports français cherchent désespérément 4500 personnes », estime Didier Montégut, le directeur général du groupe 3S Alyzia, un opérateur d’assistance aux compagnies aériennes en escale. Les aéroports de Lyon ou Nantes seraient particulièrement touchés. Horaires décalés, contrats, salaires : comme l’hôtellerie-restauration, le monde aéroportuaire semble souffrir aujourd’hui d’un manque d’attractivité. Les contraintes liées à la sécurité, à l’obtention d’autorisations administratives et de badges, peuvent aussi représenter un frein dans les délais d’embauches.

fb-share-icon Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.