Catégories
Aérien Transport Asie

Sri Lanka: comment revendre la compagnie aérienne nationale avec un tel passif ?

Les pertes de SriLankan Airlines s’élèvent, depuis 2010, à plus de 5 milliards de dollars, a indiqué le ministre des Ports, de la Navigation et de l’Aviation, Nimal Siripala de Silva, lors d’une conférence de presse à Colombo. Mais qui voudrait reprendre une compagnie avec un tel passif ? Dans l’attente de trouver le dindon, le gouvernement cherche à refourguer des filiales …

Une perte due essentiellement à un caprice de la famille Rajapaksa

Jusqu’en 2008, la compagnie srilankaise était détenue à 40 % par Emirates. Elle était alors bénéficiaire. Tout s’est arrêté subitement car des membres de la famille indigne ont souhaité sortir des passagers payants afin de prendre leurs places. Le représentant d’Emirates, Peter Hill a refusé de dégager 35 passagers du vol complet Londres-Colombo pour faire place au président du Sri Lanka et à son entourage. Le gouvernement a annulé son permis de travail et en mars 2008, Emirates n’a pas renouvelé le contrat de gestion. Depuis cette date, la compagnie srilankaise n’a pas cessé de perdre de l’argent.

Nimal Siripala de Silva,

Il faut trouver une solution

Le gouvernement manque de liquidités suffisantes pour maintenir la compagnie aérienne nationale. Il y a bien d’autres priorités. Pourtant, le ministre, Nimal Siripala de Silva, a déclaré que le produit de la vente des deux filiales sera utilisé pour alléger la dette de la société. Mais qui donc voudrait reprendre une compagnie aérienne aussi endettée ?

Un contrat de gestion ?

Il est temps d’arrêter l’hémorragie chez SriLankan. Il n’y a que deux solutions possibles : vendre la compagnie pour 1 dollar ou chercher un gestionnaire étranger. Par ailleurs, les chinois sont toujours aux aguets pour reprendre des actifs dans l’île. Seront-ils intéressés ?

En attendant, d’autres filiales à reprendre

Selon Nimal Siripala de Silva, le gouvernement chercherait à vendre une participation de 49% dans chacune des opérations de restauration et d’assistance en escale de SriLankan Airline. 51% de chacun restera sous le contrôle de l’État. Bon courage !

fb-share-icon Tweet

Une réponse sur « Sri Lanka: comment revendre la compagnie aérienne nationale avec un tel passif ? »

Si la Compagnie était rachetée par les capitaux chinois, espérons que Sri-Lanka ne devienne pas une destination sous emprise chinoise 🤔

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.