Catégories
Travel Opinion

Rien n’arrête le tourisme de la démesure et de la frivolité… 12 US$ pour passer la nuit dans une armoire à baskets

Depuis la (folle?) ascension de Dubaï en tant que destination touristique, l’avènement des idéologies tièdes et bienpensantes (le développement durable a bon dos…), et la toute puissance des réseaux sociaux chez les jeunes générations, plus rien ne nous étonne dans une ère post-pandémie signée par la culture de la consommation à outrance.

Sur fond de guerre aux portes de l’UE et d’inflation galopante, nous assistons -de moins en moins incrédules- à une forte remise en question des valeurs qui ont forgé la culture occidentale et, par conséquent, les habitudes en matière de voyages et des loisirs. Culture, esthétique, art, histoire… mais, où sont-ils passés?

Airbnb vient de sortir la promo « We the best » à 12 dollars US/nuit pour « découvrir  la légendaire collection de sneakers de DJ Khaled »… Autrement dit, être accueilli à Miami par un hôte collectionneur de baskets qui a mis un lit dans son grand placard à pompes. Selon le communiqué: « les voyageurs bénéficieront d’un accès exclusif au paradis des sneakers de DJ Khaled  et dormiront entourés de certaines des chaussures les plus prisées de sa collection, qui compte plus de 10 000 paires ». Cela se passe de commentaires, avis aux amateurs…

https://www.airbnb.fr/rooms/717412904757285262?source_impression_id=p3_1669022401_EGJY23JkjnzLjSp%2B

On n’en veut pas particulièrement à Airbnb pour ses offres de séjours qui nous plongent tout droit dans la banalité et l’excès. Après tout, cela ne fait que des envieux chez bien d’opérateurs touristiques qui rêveraient d’avoir la force de frappe du géant étasunien de l’hospitality business.

Tout en gardant le même esprit critique, on peut aussi se demander si l’on croît vraiment aux promesses des transporteurs aériens et des croisiéristes à propos du respect de l’environnement, aux bonnes intentions des hôteliers et des restaurateurs quant à la lutte contre le gaspillage, ou encore aux faux-semblants du tourisme solidaire.

Perso, dans l’industrie touristique, je pense qu’on n’a pas encore fait les comptes des pertes occasionnées par la pandémie et que la plupart des acteurs (du moins, ceux qui sont restés en pied après la crise) essaient désespérément de se rattraper comme ils peuvent. Si les offres pour des vacances pas chères se sont évaporées, toutefois, les promesses de voyages « qui font rêver » ne manquent pas.

A en juger par le nombre d’enquêtes et d’études de « tendances » que l’on voit circuler dernièrement, la préoccupation des acteurs du secteur quant à la reprise semble bien réelle. Il faudra donc suivre avec attention -un œil dans les statistiques et un autre dans le vécu du terrain- pour comprendre si on est réellement tombés dans un marché de dupes où, ni les professionnels, ni les clients, se trouvent bien dans leurs baskets…

fb-share-icon Tweet

Une réponse sur « Rien n’arrête le tourisme de la démesure et de la frivolité… 12 US$ pour passer la nuit dans une armoire à baskets »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *