23 avril, 2024
spot_img

Le Rainbow Spring à Miami Beach arrive dans quelques jours

Le Greater Miami Convention & Visitors Bureau (GMCVB) est ravi d’annoncer le lancement de son programme annuel Rainbow Spring qui débutera au printemps prochain. Une initiative conçue pour offrir aux visiteurs LGBTQ+ une gamme de programmes et d’offres promotionnelles uniques, enrichissant leur expérience à Miami et Miami Beach tout au long de la saison printanière.

S’appuyant sur le succès de sa première année en 2023, qui a généré plus de 27.000 réservations de voyageurs LGBTQ+ aux États-Unis, l’Office du Tourisme de Miami étend le programme pour cibler les visiteurs des marchés internationaux.

Axel-Hotel Miami

Les deux hôtels LGBTQ+ de Miami Beach, Axel Beach Miami et Hotel Gaythering, seront les piliers du programme, proposant des animations diverses.

Greater Miami et Miami Beach regorgent d’une large variété d’expériences et d’événements LGBTQ+ toute l’année, comme le Winter Party Festival (28 février – 5 mars), la Miami Beach Pride (5 – 14 avril), le OUTshine LGBTQ+ Film Festival (18 – 28 avril), le SweetHeat (14 – 20 mai) ou encore le Sizzle Miami (24 – 26 mai).

Plus d’infos sur https://www.miamiandbeaches.com/travel-interests/lgbtq-miami/rainbow-spring

Sidaction logo

30 ans de Sidaction

Le Sidaction 2024 a démarré ce vendredi pour sa trentième édition

L’épidémie connaît une réelle stagnation sur tout le territoire français, qui rend de moins en moins probable l’objectif de l’ONUSIDA, une fin du sida d’ici 2030. Que ce soit en Guyane ou en métropole, la cause de ce non-recul de l’épidémie est similaire : un manque cruel de parole publique et de communication.

Prévention et communication

En effet le sida est un virus qui se combat d’abord et en premier lieu par la prévention et donc par la communication. Ce sont les mots et les messages de prévention qui incitent les personnes à franchir la porte des laboratoires de biologie médicale, lesquels, depuis 2022, effectuent tous des tests gratuits et sans ordonnance. 

Si les associations ainsi que toutes les personnes engagées sur le sujet font leur maximum pour sensibiliser la population, à l’image de ce Sidaction qui démarre, l’État, qui a la capacité de toucher tout le monde et en tout temps, ne remplit pas son rôle.

Si toutes les personnes séropositives sont dépistées et mises sous traitement, la fin du VIH/sida est possible, et cela en quelques années. Seulement, le gouvernement doit s’en donner les moyens. Pourquoi ne pas envisager de grandes campagnes de prévention, des clips de prévention sur un temps plus long qu’une journée ou qu’un week-end ? Au niveau législatif, pourquoi ne pas légiférer sur des rappels de dépistage conseillés régulièrement tout au long de la vie ?

Ce qui a été fait durant l’épidémie de Covid peut être réalisé pour le VIH

Le Sidaction est chaque année un moment essentiel pour parler du sida, des discriminations qui lui sont associées et d’encourager à donner pour la recherche. 

Malheureusement ce moment a lieu une fois par année et ne peut remplacer le rôle de l’État. Le sida a tué pas moins de 38 millions de personnes et continue de tuer près de 700 000 personnes dans le monde chaque année. Il mérite toute la communication, la prévention et l’engagement politique nécessaire pour en finir. Car oui, « le sida se soigne aussi par la politique ».

Depuis 30 ans, le Sidaction …

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour