15 juin, 2024
spot_img

JO: quand les hôtels ne jouent pas tous franc-jeu

À l’approche des Jeux Olympiques de Paris 2024, annulations et modifications de réservations hôtelières commencent à se faire jour et déclenchent des plaintes. Alors que les visiteurs avaient planifié leur séjour et réservé leurs chambres longtemps à l’avance, certains se retrouvent aujourd’hui confrontés à des prix exorbitants et des annulations abruptes.

Le Centre Européen des Consommateurs France a reçu, particulièrement depuis février-mars, diverses plaintes émanant de ces voyageurs, mettant en lumière plusieurs problèmes récurrents. Parmi eux, la confusion entre les termes “arrhes” et “acompte” lors des annulations, la tentative d’augmentation unilatérale des prix par des hôteliers, et des annulations injustifiées de réservations. A titre d’exemple, selon le CEC, certains hôtels déjà complets tentent de saisir la balle au bond et de réajuster leurs tarifs, face à l’envolée des prix de l’hébergement ces derniers mois. Un touriste allemand ayant réservé en août 2023 une nuit d’hôtel à Paris pour août 2024 a par exemple vu le prix de sa réservation passer de 90€ à… 600€. Pour la même chambre, sans aucune autre prestation supplémentaire.

Distinguer arrhes et acompte

Lorsqu’une réservation est annulée par l’hôtel, il est crucial de comprendre si celle-ci était ferme ou flexible, et si un paiement partiel avait déjà été effectué, sous forme d’arrhes ou d’acompte. Or, en cas d’annulation, un remboursement est dû par l’hôtel, mais son montant varie selon le type de paiement. Les arrhes, par exemple, obligent l’hôtel à verser le double de la somme initialement versée par le client.

Contrairement à ce que tentent certains établissements mis en cause, une augmentation unilatérale des prix après réservation n’est pas légale en France. Les hôtels doivent obtenir l’accord du consommateur pour tout ajustement tarifaire. Les consommateurs sont en droit d’exiger le maintien des conditions initiales de leur réservation, même face à des tentatives d’augmentation de prix démesurées.

L’annulation d’une réservation par l’hôtel doit être justifiée par des raisons valables. Les hôteliers doivent prouver qu’ils ne peuvent honorer leur engagement. Les consommateurs ont le droit de contester ces annulations, et en cas de litige, de demander le remboursement intégral de leur réservation ainsi que des dommages et intérêts.

À ce jour, le Centre Européen des Consommateurs France a reçu une vingtaine de plaintes concernant ces pratiques et la majorité des réclamations ont été enregistrées en février et mars 2024. Cela ne doit pas jeter l’opprobre sur la majorité des hôteliers honnêtes  mais il est difficile de prédire l’évolution de la situation jusqu’aux Jeux Olympiques. Le CEC France reste donc vigilant.

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour