19 mai, 2024
spot_img

Booking.com: une nouvelle enquête pour abus de position dominante en Italie

Fin février, Booking a confirmé que la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) lui avait notifié une amende de 486 millions d’euros pour abus de position dominante. Et c’est maintenant que l’Italie a suivi. Selon les résultats du premier trimestre de Booking, l’autorité italienne de la concurrence (AGCM) a ouvert une nouvelle procédure pour abus de position dominante.

« En mars 2024, l’Autorité italienne de la concurrence a lancé une enquête pour déterminer si certaines pratiques de réservation pouvaient avoir des effets négatifs sur les hôtels et autres agences de voyages en ligne . Si l’une des enquêtes révélait que ces pratiques violaient les lois italiennes, Booking pourrait être confronté à des amendes importantes, à des restrictions sur ses pratiques commerciales et/ou être contraint de prendre d’autres engagements », disent-ils.

La Suisse et la Pologne ont ouvert une enquête

Booking a été signalé aux autorités nationales de la concurrence dans au moins deux autres pays. «En septembre 2017, l’Office suisse de surveillance des prix a ouvert une enquête qui n’est pas encore finalisée . En cas de résultat négatif et que le Tribunal rejette nos arguments, l’entreprise pourrait être contrainte de réduire ses commissions en Suisse.»

L’autre plainte provient de l’Office polonais de la concurrence et de la protection des consommateurs , qui a ouvert une enquête en juillet 2023 pour non-respect des obligations d’information des clients incluses dans la directive omnibus.

En France, personne ne voit de problème dans la position dominante de Booking en matière hôtelière. Tout va bien ?

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour