16 juillet, 2024
spot_img

Le PDG d’Air France-KLM a aussi son mot à dire sur Paris CDG…

Peu de professionnels s’insurgent contre les errements du service dans l’un des principaux aéroports français. Il suffit de s’y rendre en tant que passager pour se rendre compte des lacunes de la plateforme.

Air France est le principal transporteur au départ de Paris CDG, représentant 55% du trafic des Aéroports de Paris (ADP). Il est donc normal qu’en sa qualité de premier client, la compagnie aérienne puisse enfin délivrer un message clair et honnête sur l’aéroport de Paris CDG. De plus, Benjamin Smith, PDG d’Air France-KLM, ne risque aucun problème avec Augustin de Romanet, le président d’ADP, car ce dernier a appris en début d’année que son mandat ne serait pas renouvelé.   

Benjamin Smith-PDG d’Air France-KLM

Le manque de passerelles

S’adressant aux journalistes à l’occasion du 20e anniversaire du groupe aérien franco-néerlandais, Ben Smith a précisé qu’aux heures de pointe du matin, des dizaines d’avions se retrouvent sans passerelle ni porte de contact, obligeant les passagers à utiliser des bus pour rejoindre le terminal.

Une passerelle d’embarquement à CDG

Air France doit donc parquer 10 % de ses vols moyen-courriers et 5 % de ses vols long-courriers sur des aires de stationnement isolées, selon les commentaires d’un autre porte-parole de la compagnie.

ADP n’a pas répondu aux commentaires

En 2021, le gouvernement du président Emmanuel Macron a demandé à l’entreprise publique ADP de présenter de nouvelles propositions après avoir abandonné le projet d’un tout nouveau terminal à CDG.

Ben Smith ne regrette pas la décision du gouvernement de supprimer le Terminal 4, invoquant une transition coûteuse de 15 ans et l’absence de lien direct avec une nouvelle ligne ferroviaire proposée vers la capitale.

Les propos de Ben Smith sont totalement justifiés

Il faut d’abord améliorer ce qui peut l’être

Smith a plutôt appelé à davantage d’investissements dans les installations existantes. «Nous ne parlons pas de nouvelles capacités, mais d’améliorer ce qui existe déjà», a déclaré le PDG. D’autres dirigeants du groupe ont signalé que des discussions avaient commencé avec ADP sur des changements potentiels.

Smith a aussi énuméré d’autres problèmes, notamment la longue distance à parcourir pour rejoindre les hangars de maintenance, ce qui bloque les avions pendant des heures en raison de temps de remorquage supplémentaires. Il a également déploré le manque de personnel de contrôle aux frontières et les systèmes d’acheminement des bagages qui sont obsolètes.

L’aéroport de Doha Hamad, un service bien meilleur qu’à CDG

La concurrence avec les aéroports à l’étranger est féroce

Les propos de Smith reflètent en particulier la concurrence acharnée entre les hubs de Paris, Londres, Francfort, Istanbul et des pays du Golfe. Il a montré sur Google Maps que certaines installations de maintenance des aéroports concurrents sont plus proches des terminaux, évitant ainsi les longs temps de remorquage de CDG pour les contrôles de maintenance réguliers.

Le mandat du patron d’ADP ne sera pas renouvelé

Augustin de Romanet, patron d’ADP, avait émis le souhait de poursuivre au-delà de son mandat actuel, mais on a appris en début d’année qu’il ne sera pas renouvelé. Selon nos informations, l’Etat, actionnaire majoritaire du groupe aéroportuaire, ne souhaite pas accorder à l’actuel PDG un nouveau mandat complet. 

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour