13 juillet, 2024
spot_img

Llivia, un bout d’Espagne en France

La ville de Llivia, environ 1500 habitants à ce jour, un “morceau” de la Catalogne espagnole en territoire français, est l’une de ces curiosités de la géographie et de l’histoire qui mérite qu’on lui consacre un article et, une fois que l’on sera débarrassés du Covid, une visite sur place.

Du point de vue de la géographie historique, Llivia est considérée un « fragment » ou plutôt une « exclave », puisque sa souveraineté est la même que celle d’un autre territoire plus vaste, en l’occurrence l’Espagne. Son cas est le même que celui de Gibraltar, et de Ceuta y Melilla sur la côte marocaine Il s’agirait d’une enclave si, étant totalement encerclée par un autre pays, elle était titulaire de sa propre souveraineté non partagée avec un autre état, comme c’est le cas de la république de Saint-Marin en Italie ou du Lesotho en Afrique du Sud.

Grâce à son château fort, Llivia fut pendant plusieurs siècles l’une des villes les plus puissantes de Cerdagne, et même sa capitale à partir de l’an 815 de notre ère. En 1659, avec le Traité des Pyrénées, il fut convenu que différents territoires espagnols, dont le comté de Roussillon (Conflent, Vallespir et Capcir) et une partie du comté de Cerdagne, passeraient sous souveraineté française. En 1660, lors du transfert des 33 villages de la Cerdagne vers la France, Llivia était considéré une « villa » et non un village : il n’était donc pas nécessaire de la transférer.

Le troisième Traité de frontières de Bayonne, signé en 1866 entre la France et l’Espagne, établit finalement les limites de Llivia telles qu’elles sont actuellement maintenues. Pour cela, elle était encerclée de quarante-cinq jalons, dont certains se conservent encore, qui marquaient les contours autour de la ville. Il fut également défini le tracé de la route entre Llivia et Puigcerdá, première ville espagnole après Bourg-Madame à la frontière française (actuellement la route N-154 côté espagnol et la route D68 côté français) comme étant de libre circulation.

Le début de la Seconde Guerre mondiale et l’occupation de la France par l’Allemagne hitlérienne mirent Llivia dans une situation très inconfortable. Les soldats de l’armée nazie, bien qu’ils ne purent jamais mettre les pieds dans la zone municipale, patrouillaient autour d’elle. Le gouvernement allemand envoya une demande à Madrid pour surveiller de près l’enclave, qui en raison de son statut particulier pourrait devenir un nid de conspirateurs et d’espions. Plus d’une centaine de policiers armés arrivèrent alors à Llivia (qui comptait alors 700 habitants) pour surveiller d’éventuels mouvements suspects

À la fin de la guerre, l’économie et la démographie de la ville se sont progressivement améliorées. Au cours de la première moitié du XXe siècle, les marchands de la ville se trouvaient en difficulté à chaque fois qu’ils devaient se rendre à Puigcerdá et passer en Espagne, car tant à l’aller qu’au retour ils devaient passer par les procédures lourdes des douanes espagnoles. Mais à partir des années 60, les contrôles se sont assouplis, même si tous les habitants de Llivia devaient emporter leur passeport avec eux pour quitter la ville et traverser le bout de France pour entrer en Espagne.

De nos jours, Llivia fait partie, comme l’Espagne et la France, de l’ensemble du territoire Schengen. Pourtant, jusqu’en 1995, année de l’entrée en vigueur du traité de Schengen, il y avait un poste de douane espagnol sur la route, juste à l’entrée de Puigcerdá, mais il a été démantelé. Jusqu’à cette même année, la route, le cordon ombilical qui relie Llivia au reste de l’Espagne, était fermée à toute voiture avec une plaque d’immatriculation non espagnole. Désormais à Llivia, les Français y affluent pour acheter du tabac ou visiter sa pharmacie-musée, que l’on dit la plus ancienne d’Europe.

Cette page en français vous donnera des explications très complètes sur l’histoire de Llivia depuis ses origines: http://eric.hurtebis.chez-alice.fr/llivia.htm

C.A.T.

A découvrir dans la même catégorie..

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour