Catégories
Travel Environnement Opinion

Plan Tourisme : un saupoudrage de près de 2 milliards et quelques doutes

Jean Castex a officialisé ce samedi au château du Clos-Lucé (Indre-et-Loire) son plan de reconquête. Objectif : donner un nouveau cap à la destination France pour les dix ans à venir. Ce plan avait été promis par Emmanuel Macron cet été. Le président avait insisté sur la nécessité d’un changement structurel et « une réinvention du modèle ». Les agences de voyages et en particulier le tourisme d’affaires s’en tire plutôt bien ! L’impératif besoin d’attirer des jeunes est une bonne idée … à conditions de les payer mieux. On passe en revue ce plan.

Consolider l’assurance professionnelle et aider le tourisme d’affaires

Le gouvernement devrait accorder 100 millions d’euros d’aides aux professionnels du tourisme d’affaires et de l’événementiel. Les agences de voyages vont voir consolider le régime de réassurance professionnelle à hauteur de 165 millions d’euros.

La pénurie de main d’œuvre est criante

Cela concerne aussi bien le secteur de la restauration – hôtellerie mais également le secteur des agences de voyages où les niveaux de rémunération attirent beaucoup moins. Pour reconquérir les talents, de grandes campagnes nationales de communication seront lancées, sur le principe de ce qui existe dans la défense et l’armée, pour 10 millions sur deux ans. Un « réseau d’excellence d’écoles et de formations » est également annoncé, alors que les formations se multiplient au détriment d’une cohérence globale et de leur qualité. Il viendra s’ajouter à la Conférence des formations d’excellence au tourisme, créée… en 2015 !

Aucune mesure n’est annoncée, toutefois, sur les principaux freins à l’attractivité du métier : les conditions de travail et de rémunération.

Relancer le tourisme en France

On veut toujours faire croire que la France est la première destination touristique mondiale. Malheureusement, beaucoup de touristes européens ne font que traverser le pays pour aller en Espagne ou au Portugal. Par ailleurs, si les touristes chinois restent absents trop longtemps, le panier moyen par touriste restera inférieur à bon nombre de pays. Il est vrai que la France a des atouts en or : la variété de ses paysages, sa gastronomie, son patrimoine.

Tout le monde veut aller à Paris au moins une fois dans sa vie. Malheureusement, la capitale est moins séduisante. On peut constater la saleté, les travaux constants, le mépris des cyclistes et trottinettes, le nombre de sans-abris, les vols …

Le gouvernement veut agir car la France perd des parts de marché

“La crise n’a fait qu’exacerber la concurrence entre grandes destinations. En 2019, la France était derrière les États- Unis ou l’Espagne en termes de recettes internationales. La Chine nous devrait également devancer la France quand elle rouvrira ses frontières. Le gouvernement veut conforter la place de la France dans la compétition touristique mondiale, tout en augmentant la dépense moyenne par visiteur. Au total, l’État dédiera une enveloppe de 1,9 milliard d’euros à ce plan, dont 1,3 milliard sont des prêts (prêt tourisme et de relance), consentis par Bpifrance et la Banque des territoires. « Il y aura par ailleurs plus de 500 millions d’euros de crédits budgétaires nouveaux, précise Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État au tourisme. On note également des aides au départ en vacances pour les jeunes, les seniors et les ultramarins (70 millions).”  Il s’agit de beaucoup d’argent et de saupoudrage !

Devenir la première destination durable d’ici 2030

En plus de viser davantage de visiteurs, « L’Etat investit à nouveau dans la politique touristique, avec un fil rouge : le tourisme durable », souligne le secrétaire d’Etat au tourisme. Depuis six mois, le gouvernement a recueilli les doléances d’un tourisme français en relative perte de vitesse vis à vis de ses rivaux. Cela fait longtemps que certains pays progressent plus rapidement comme l’Espagne à côté de chez nous ou la Thaïlande.

Nous avions déjà commenté dans notre article (ICI) de la difficulté à augmenter le panier moyen avec des touristes venant de pays voisins. Par ailleurs, vouloir plus de touristes ne fait bon ménage avec un tourisme durable.

On parle un d’Atout France …

L’exploitation touristique de patrimoines matériels ou immatériels encore méconnus sera accompagnée par Atout France, en soutien des collectivités.

Les régions, grandes absentes

“Le volet « vert » du plan porte sur la création de sentiers littoraux, de zones de mouillages et de nouvelles « véloroutes », ainsi que sur l’adaptation de l’offre aux enjeux environnementaux, des campings aux petits trains touristiques en passant par les bases nautiques et les ports de plaisance.

Les régions, pourtant les mieux placées pour prendre des décisions majeures en matière touristique, ressortent comme les grandes absentes. « La gouvernance est peu abordée. Or, elle doit associer davantage les acteurs économiques et les régions, échelon clé de la stratégie nationale », estime Dominique Marcel, président de l’Alliance France Tourisme.”

Le lobby des grandes entreprises du secteur voit les grands axes de son livre blanc repris dans le plan gouvernemental : « C’est un plan dont nous nous félicitons, avec une approche assez globale, mais il mérite d’être inscrit dans la durée. ». Il reste quelques doutes notables sur le fait de vouloir plus de touristes et d’être la première destination durable au monde dans moins de 10 ans.

Vous pouvez également lire à nouveau un article que nous avions édité sur Destination France : https://mistertravel.news/2021/11/08/sommet-destination-france-comment-ne-pas-emettre-quelques-doutes-sur-ce-beau-spectacle/

fb-share-icon Tweet

Une réponse sur « Plan Tourisme : un saupoudrage de près de 2 milliards et quelques doutes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.