20 avril, 2024
spot_img

Expédition Maya, deux jeunes entrepreneurs amoureux du Salvador

J’ai rencontré Elisa et Mauricio au Salvador en février. Ma découverte du pays à travers leurs coups de cœur, leur vécu, leurs amis et famille ont fait de ce voyage une expérience humaine sensible et riche. Jeunes entrepreneurs et créateurs d’expérience, j’ai envie de vous les faire connaître et de vous inspirer pour vos prochains voyages. Voici une entrevue que j’ai faite avec eux.
Aurélie Resch

Aurélie Resch: Mauricio, que représente pour toi, le Salvador aujourd’hui?
Mauricio Barrios : Le Salvador, c’est mon pays. La terre qui m’a vu naître. Le Salvador est en train de vivre un nouveau chapitre de son histoire, il est résolument tourné vers l’avenir, il change et je suis ravi de faire partie de ce changement.

A.R: Elisa, tu es française, qu’est-ce qui t’a séduit dans ce pays au point de t’y installer et de le considérer comme ton pays d’adoption?
Elisa Lemesle : L’histoire commence en 2018 lorsque je m’installe pour la première fois au Salvador. Dès mes premières semaines, je suis impressionnée par la gentillesse des Salvadoriens, éblouie par ce soleil présent toute l’année, par ces plages désertes, ces paysages de carte postale sans touriste. Je me suis sentie comme privilégiée de découvrir ce trésor méconnu, de profiter de ce pays dont l’accueil des habitants est chaleureux et unique. Je suis tombée amoureuse de cette douceur de vivre et je me suis dit “C’est ici” ! Aujourd’hui je me sens intégrée à la société salvadorienne, comme “adoptée”, je suis dans mon deuxième chez moi.

Aurélie Resch – Journaliste de voyage, chroniqueuse, écrivaine, rédactrice

A.R: En 2022, vous créez Expedition Maya, agence de voyages sur mesure. Racontez-nous comment vous est venue l’idée et votre parcours pour la concrétiser.
Mauricio et Elisa: L’idée d’Expédition Maya a commencé à germer lors de notre voyage à travers l’Amérique Centrale en 2019. Pendant près de trois mois nous avons sillonné le Guatemala, le Belize, le Honduras, le Nicaragua et le Costa Rica, sans parler de toutes nos aventures au Salvador, le pays de Mauricio et où nous vivons ensemble depuis plusieurs mois. C’est une expérience qui nous a apporté une vision de chaque pays et un regard neuf sur notre manière de voyager.

En 2022, nous étions tous deux salariés à Paris. Il nous manquait quelque chose. L’appel de l’ailleurs, d’autre chose se faisait sentir. Le Salvador nous manquait terriblement. Nous voulions créer quelque chose qui ferait connaître le vrai visage du Salvador et de ses pays voisins. Mauricio a lancé l’idée et là est née l’agence de voyage sur mesure ! En une semaine le site était créé, les réseaux sociaux lancés, nous avions trouvé notre motivation: créer une agence de voyage sur mesure tourné vers un tourisme durable et hors des sentiers battus en Amérique Centrale. La même année, nous déménagions au Salvador, quittant emploi, logement et famille. Une fois arrivée, il a fallu activer les tâches administratives pour enregistrer l’entreprise, nous avions notre première cliente: c’était lancé !

A.R: Vous êtes tous les deux jeunes, vous n’aviez pas de réseau professionnel quand vous vous êtes lancés. Cela a dû être difficile de convaincre, persévérer et percer. Racontez-nous cette expérience.
M.B: Effectivement, cela a été difficile: convaincre, gagner la confiance, percer… En 2022, nous nous étions rendus au salon IFTM à Paris ; aucun des acteurs du tourisme rencontrés à ce moment-là ne nous a pris au sérieux.

expedition maya

Nous restions convaincus que notre connaissance des pays et notre vision du voyage allaient plaire, nous avons donc redoublé d’effort: emailing, prospection, développement des réseaux sociaux et des professionnels, documentation soignée, réactivité dans nos échanges avec les prospects, le tout nous a permis de convaincre nos actuels partenaires et de nous faire connaître. Nous avons fait de notre âge notre force !

A.R: Quel est le concept d’Expedition Maya? Que voulez-vous faire avec ce projet?
E.L: Expédition Maya est une agence de voyage sur mesure qui propose des expéditions hors des sentiers battus, immersifs, tournés vers un tourisme durable. Nous voulons proposer une vision neuve de l’Amérique Centrale en offrant des expériences qui correspondent aux goûts de chaque client, du véritable sur mesure.

La volonté d’Expédition Maya est le développement du tourisme durable avec un fort respect de la nature, des populations locales et un impact économique positif localement. Au Guatemala par exemple, nous emmenons nos voyageurs dans une communauté de femmes mayas pour découvrir leur art ancestral. Les voyageurs tissent à leurs côtés, échangent avec eux et apprennent leur culture. 100% des revenus de l’association sont distribués équitablement entre les femmes de la communauté. Les populations indigènes, carte postale du Guatemala, sont celles qui souffrent le plus de la pauvreté Il est important pour nous de valoriser leur tradition et de faire découvrir un peu de leur culture millénaire.

A.R: A quelle clientèle vous adressez-vous?
M.B: Nous nous adressons à tous les amoureux du hors des sentiers battus, à ceux qui aiment voyager en découvrant les pays au plus proche des populations. Nous souhaitons interpeller les voyageurs en quête d’expériences nouvelles et de voyage avec du sens.

A.R: Je comprends qu’en tant que natif et amoureuse convaincue du Salvador, il vous tient à cœur de faire connaître la destination à un grand nombre de voyageurs. Qu’est-ce qui vous motive à représenter d’autres pays de l’Amérique Centrale sur lesquels la concurrence est rude?
E.L: L’un ne va pas sans l’autre. Chaque pays à sa beauté unique, une âme différente que nous voulons faire découvrir à nos voyageurs. Ainsi, au Costa Rica ou au Guatemala, destinations touristiques, nous évitons les foules en partant par exemple à la recherche du Quetzal dans une réserve complètement méconnue du grand public. L’idée est de se démarquer et de faire vivre un moment unique à nos voyageurs. Au Belize, nous partons davantage dans les terres pour des randonnées à la rencontre de la faune et la flore. Bien souvent les touristes restent sur les Cayes et pourtant le Belize a une belle biodiversité à explorer. Nous proposons notamment de dormir dans la réserve du parc national Bocawina pour une expérience dans la jungle de plusieurs jours.

A.R: Quels sont les plus gros défis auxquels vous vous êtes confrontés?
M.B : Comme dit plus haut, l’âge a fait partie du défi pour être pris au sérieux par les acteurs du tourisme. Nous avons également fait face à des défis d’accueil: organiser une lune de miel en deux jours, accueillir de grands groupes, répondre à des demandes de dernières minutes. Des demandes spéciales qui nous ont permis de nous ouvrir à de nouveaux horizons !

D’un point de vue technique maintenant: travailler notre référencement sur nos destinations, créer l’envie de visiter des pays méconnus comme c’est le cas avec El Salvador ou encore le Honduras, nous devons redoubler d’effort pour promouvoir ces deux destinations hors des radars du tourisme ! Les défis ont été divers et variés et nous permettent aujourd’hui d’avoir une certaine capacité d’adaptation et de flexibilité qui plaît beaucoup à nos voyageurs.

A.R: Quelles sont vos plus grandes satisfactions/ plus belles réalisations?
E.L: Notre plus grande satisfaction est le retour de nos voyageurs. Ces petits messages qui confirment que l’on a réussi à transmettre notre amour du pays, lorsque nos clients disent vouloir revenir, quand nous gardons contact. Expedition Maya est une grande satisfaction. Nous avons choisi la bonne voie et notre vision plaît ! Créer les itinéraires rêvés, réaliser des envies, voir l’émerveillement des voyageurs… C’est ça qui nous motive et nous nous rendent heurex.

A.R: Sur quoi êtes-vous intransigeants?
E.L: Nous sommes intransigeants sur la qualité de voyage et sur nos valeurs qui se reflètent dans nos voyages. Nous ne voulons pas de tourisme voyeuriste. Nous nous concentrons sur le respect des populations, des lieux visités et sur un revenu équitable pour tous. Nous travaillons avec plusieurs associations à travers les pays. Au Salvador par exemple, nous contribuons, à notre échelle, au développement d’activités culturelles dans le village de Suchitoto avec Paula Heredia de la Casa Clementina. Nous participons notamment au Festival International de Cinéma de Suchitoto (FICS), nous proposons des voyages à la découverte du village, de ses habitants, avec un pass VIP pour la nuit de Gala où un film latino-américain fera sa grande première mondiale. Les habitants du village viennent vivre gratuitement et tout au long de l’année les activités de la Casa Clementina grâce aux revenus du festival mais aussi de leur café/restaurant où des jeunes sont formés au service et à l’accueil touristique.

Volcan Salvador El Boqueron

A.R: Quelle est votre vision du tourisme et comment l’adaptez-vous à vos voyages?
M.B: En 2024, à l’heure où le tourisme est grandissant, les enjeux climatiques importants, nous souhaitons proposer des voyages originaux et durables. Pour nous le tourisme doit apporter aux voyageurs en termes d’enrichissement personnel, de connaissances nouvelles, de curiosité, souvenirs et dépaysement. Il doit aussi apporter au pays une manière de se développer qui bénéficie à tous, permet aussi de protéger ses lieux naturels avec ces revenus et fait rayonner son nom à l’international.

Par exemple, au Salvador, j’aime faire découvrir le pays loin des clichés véhiculés. Les voyageurs rencontrent la population, échangent et repartent avec des connaissances nouvelles. Ils font preuve de curiosité et auront pu directement apprendre des locaux lors d’ateliers, de randonnées, d’activités de tout type. Quand nous réalisons une action de libération de tortues à la Barra de Santiago (El Salvador), tous les fonds sont reversés à l’association. L’action du tourisme permet à l’association de planter des arbres dans les mangroves, de protéger les tortues de jour comme de nuit, de financer les actions de sensibilisation, de nettoyage de plage etc. .. Le tourisme ici, impacte de manière positive la zone protégée.

A.R: Quels sont vos objectifs immédiats et futurs?
E.L: Nos objectifs immédiats sont de faire connaître nos destinations méconnues (El Salvador, Honduras, Nicaragua) et offrir une nouvelle vision des destinations plus touristiques (Guatemala, Costa Rica, Belize.) Dans le futur nous souhaitons proposer l’ensemble des pays d’Amérique centrale (le Panama!) mais aussi le Mexique! Ces pays ont tous des racines en commun qui les lient mais aussi chacun sa singularité !

A.R: Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui ont un rêve et voudraient se lancer pour le réaliser?
M.B: Toujours croire en soi, ne pas se laisser influencer par les autres, foncer, risquer et toujours se réinventer. Un rêve est fait pour se réaliser, je pense donc qu’il faut se donner les moyens pour le concrétiser. On ne vit qu’une fois !

A.R: Un mot pour la fin?
E.L: Oubliez tout ce que vous avez entendu auparavant sur l’Amérique centrale et venez découvrir les secrets de ces terres ! Le risque: tomber amoureux et y rester… comme moi .

Pour contacter Expedition Maya

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour