20 avril, 2024
spot_img

Dans la série “journée mondiale de”, voici le café turc… en attendant l’espresso!

Le café en décoction est une préparation de café à l’orientale, qui se boit principalement au Proche-Orient, en Afrique du Nord, en Europe du Sud-Est, dans le Caucase ainsi qu’en Ukraine. Plusieurs pays partagent donc cette manière de le consommer qui s’est popularisée -tourisme aidant- comme “café turc”, n’en déplaise aux Grecs ou encore aux Arméniens, qui partagent cette mode de préparation, mais surtout pas de bonnes relations diplomatiques.

En fait, les Grecs l’appelaient “café turc” jusqu’au début des années 1960, lorsque les relations entre les deux pays ont commencé à se détériorer. Après l’invasion turque de Chypre en 1974, la Grèce a définitivement établi le terme “café grec” en tant que nom politiquement correct du café consommé sur place.

Loin de vouloir entrer dans la polémique des traditions, ou résoudre des antagonismes qui reposent sur un passé douloureux de conflits armés et de génocides, le fait est qu’en 2013, l’Unesco a inscrit cette technique spéciale de préparation et de cuisson dans le patrimoine culturel immatériel de l’humanité sous le nom de “café turc”.

https://ich.unesco.org/fr/RL/la-culture-et-la-tradition-du-caf-turc-00645

Le service de la culture et de l’information près l’Ambassade de Turquie (dorénavant et officiellement “Türkiye”) à Paris nous a fait parvenir un communiqué avec un rappel de la date du 5 décembre, anniversaire de l’inscription du café turc sur la liste de l’Unesco. Nous reproduisons ci-après les passages les plus informatifs de cette note:

La caractéristique la plus importante qui différencie le café turc des autres types de café est la finesse de la mouture. Les grains sont moulus en une poudre, puis cuits lentement dans de l’eau bouillante et servis. Cette méthode permet d’obtenir une couche de poudre qui coule au fond de la tasse. En outre, la constance de sa méthode d’infusion distingue le café turc des autres types de boissons à base de café ; contrairement au café européen, la préparation du café turc est restée la même depuis des siècles.

Un autre élément unique du café turc est sa présentation. Le café turc est servi dans de petites tasses, accompagné d’un verre d’eau et d’un morceau de loukoum. L’eau rafraîchit le palais et accentue le goût du café tandis que le bonbon adoucit la langue.

Le café turc est un élément clé de la vie sociale et de la culture en Türkiye. Par exemple, le café est toujours servi après un repas. Il fait partie intégrante des conversations entre amis ; lors d’une réception à la maison, l’hôte demandera aux invités s’ils souhaitent d’abord boire du café. Lorsqu’un futur époux se rend chez la mariée pour demander sa main, la future épouse prépare du café turc pour son prétendant et sa famille. Selon la légende, si elle ne souhaite pas épouser son prétendant, elle met du sel à la place du sucre dans le café.

Il existe également une tradition de “lecture du marc”, connue sous le nom de “voyance par le café” : après avoir bu le café, la tasse est placée à l’envers sur la soucoupe et les formes formées par le marc sont interprétées. Cette tradition charmante et fantaisiste est également un élément merveilleux de la culture turque.

Au début de cette année, l’Italie a déposé sa candidature auprès de l’Unesco pour inscrire l’espresso au patrimoine mondial. Après la pizza, pourquoi pas le caffè… le rituel matinal que l’on consomme strictement au bar avant d’aller travailler. Outre-Alpes, plusieurs régions et villes ont leur façon de faire l’espresso et tous pensent être les premiers et les meilleurs:  Naples (le “garant” des traditions), Trieste (le port plus important de la Méditerranée pour les arrivés des graines), Turin (où fut inventée la première machine à espresso)…

Le caquetage était si fort que, en 2021, l’Italie avait renoncé à déposer sa candidature au patrimoine culturel immatériel de l’humanité car Naples et Trévise, une ville de la Vénétie, n’avaient pas réussi à s’entendre pour présenter un dossier commun à l’Unesco.

Et comme on n’est pas experts dans la lecture du marc de café, on attend donc avec impatience le verdict des sages… en sirotant un petit noir!

A découvrir dans la même catégorie..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'Actualité du jour